Agriculture : au Maroc, la filière argan est en pleine structuration

 |   |  804  mots
Les actions menées dans le cadre du Plan Maroc Vert et l’engagement des professionnels ont eu un impact sur le positionnement de l’huile d’Argane marocaine  au niveau international qui se traduit par l’évolution des exportations.
Les actions menées dans le cadre du Plan Maroc Vert et l’engagement des professionnels ont eu un impact sur le positionnement de l’huile d’Argane marocaine au niveau international qui se traduit par l’évolution des exportations. (Crédits : DR)
Une immersion dans l’univers de la biosphère de l’arganeraie, c’est ce qu’ont offert aux visiteurs les expositions sur les déclinaisons des produits issus de l’argan, lors de la première édition du Salon International de l’Arganier à Agadir au Maroc. Organisée en parallèle de la 5e édition du Congrès international de l’arganier, la rencontre a été l’occasion de dresser un bilan de la filière, ses volumes d’exportation ainsi que les recherches et innovations dans le domaine.

La première édition du Salon International de l'Arganier s'est achevée le 11 décembre à Agadir dans le sud-ouest du Maroc. Pendant quatre jours, les délégations venues de plusieurs pays ont pu découvrir, à travers une grande exposition, les différents produits issus de l'argan. Cette édition tenue du 7 au 11 décembre constitue pour la filière un moyen de promotion des savoirs, des cultures et des arts de vivre de cette région Souss-Massa.

Au total, près de 120 coopératives d'argan issues de 8 provinces de la Réserve de biosphère de L'arganeraie ont pris part à la rencontre. Le salon a été organisé en même temps que la cinquième édition du congrès scientifique consacré à cet arbre avec pour thème, le « capital naturel et l'arganeraie, valeur et valorisation ». Une édition de synthèse des acquis et résultats de la recherche scientifique sur l'arganier et l'arganeraie et ses nouvelles orientations. Elle a également été marquée par la signature de conventions pour la mise à niveau de l'interprofession et la promotion du label Bio des produits de l'argan.

« Nous voulons notamment renforcer la recherche scientifique en créant le centre national de l'arganier, pour développer et pérenniser le legs et l'héritage de l'arganeraie. Nous allons aussi réaménager le cadre juridique autour de l'arganier pour mieux déterminer les devoirs et responsabilités des différents acteurs », a déclaré le ministre de l'Agriculture, de la pêche maritime du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch, lors de son discours allocution.

Les ambitions de la filière argan marocaine

Les deux manifestations s'inscrivent dans la stratégie marocaine de promotion de la filière argan prédéfinie dans la filière de l'argan du Plan Maroc Vert. Elle consiste notamment à établir un contrat programme (2012-2020) relatif au développement de la filière entre le gouvernement et l'Interprofession suivant une vision intégrée qui ambitionne de développer les différents maillons de la filière de l'amont à l'aval. Les objectifs sont ambitieux et consistent à réhabiliter à l'horizon 2020, plus de 200 000 hectares de l'arganeraie, de domestiquer l'arganier et d'étendre sa culture en condition moderne sur 5 000 hectares. Des dispositions pour rehausser le niveau de production de l'huile d'argan afin de parvenir à cet horizon à 10 000 tonnes /an.

L'autre objectif est de mettre en place les projets Pilier I Pilier II en vue d'une valorisation et d'une promotion modernes et efficientes des produits de l'arganier. Dans ce contrat programme, l'Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l'arganier (ANDZOA) s'est focalisée sur quatre axes : l'émergence d'un pôle de compétences en recherche et développement intégré dédié à l'arganier, le développement durable de la production et de la qualité, un modèle intégré en préservant l'arganeraie et ses ressources naturelles, avec une valorisation forte et pérenne, et enfin améliorer des conditions cadres de la filière.

L'UE, première destination des exportations de l'argan

Pour l'exercice 2017-2018, près de 129 PME - dont 104 sociétés et 24 coopératives et GIE - ont exporté des produits de l'arganier. L'huile d'argan est exportée essentiellement en vrac pour 96% des volumes. Avec une part de 86%, l'UE reste la principale destination des exportations, alors que la France accapare 64% du volume total des exportations marocaines en huile d'argan et représente 74% des exportations vers l'UE. Les coopératives exportatrices sont soumises aux normes et certification de qualité et arborent les labels AB, ECOCERT ou encore ONSSA. Pour accélérer le développement du secteur et rehausser le niveau des exportations, le Maroc mise en grande partie sur la recherche et l'innovation.

argane

L'avenir dans la recherche et l'innovation

Le congrès international de l'arganier, organisé tous les deux ans, a été conçu comme un espace de partage des connaissances scientifiques et techniques entre les chercheurs nationaux et internationaux, les gestionnaires et les acteurs économiques dans la Recherche biosphère de l'arganeraie (RBA).

Lire aussi : Jaouad Chami : « Le Salon international de l'agriculture au Maroc est un catalyseur pour l'agrobusiness africain »

Le Royaume a également mis en œuvre le Centre national de l'arganier. Un cadre de canalisation des efforts entrepris en vue de la conservation, du développement et de la promotion de ce territoire afin d'assurer une gestion durable de la RBA. L'objectif du projet est la mise en place et la promotion du Centre comme plateforme d'interprétation du patrimoine, de coordination de la recherche et de gestion des connaissances pour une gouvernance durable de la RBA. La rencontre a ainsi été marquée par la participation de chercheurs et académiciens nationaux et internationaux et des acteurs économiques qui s'intéressent aux différents aspects liés au secteur de l'arganier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :