Côte d'Ivoire : une subvention de 38 milliards de Fcfa pour maintenir le prix du cacao

 |   |  304  mots
(Crédits : Reuters)
Pour la campagne intermédiaire qui s'est ouverte ce 1er avril, le gouvernement ivoirien a annoncé le 29 mars avoir fixé le prix bord champ du cacao à 750 francs CFA. Une décision prise par le chef de l'Etat ivoirien Alassane Ouattara lors d'un conseil présidentiel. Conseil à l'issue duquel il a décidé, au nom de son gouvernement,  d'accorder une subvention de 38 milliards de francs CFA pour maintenir le prix du kilogramme de cacao à ce prix.

« En Côte d'Ivoire, le prix bord champ du kilogramme de cacao a été fixé à 750 francs CFA, pour la campagne intermédiaire 2018-2019 qui démarre le 1er avril », a annoncé vendredi, Yves Brahima Koné, le directeur général du Conseil café-cacao (CCC).

« Ce prix est possible grâce à une subvention de 38 milliards CFA accordée par le gouvernement »,  a-t-il déclaré, faisant remarquer que « c'est un effort important » que les producteurs doivent « apprécier » parce que, explique-t-il, « pendant cette campagne intermédiaire, les décotes ne sont pas bonnes et les fèves sont d'une mauvaise qualité. En tenant compte de cette situation, les paysans n'auraient pas pu  vendre le kilogramme de cacao à 750 Fcfa, mais à 675 Fcfa ».

Donc, poursuit-il, c'est pour leur éviter les affres de cette mauvaise période que le gouvernement a estimé qu'il fallait maintenir le prix de 750 Fcfa pendant cette campagne intermédiaire, d'où la subvention par le gouvernement de 38 milliards de Fcfa aux producteurs.

Cette subvention, affirme-t-il, est « un mécanisme de compensation pour les exportateurs pour qu'ils puissent payer au prix bord champ ». Et de préciser que c'est  « le président Alassane Ouattara qui a décidé d'accorder cette subvention » lors d'un conseil présidentiel.

Le prix bord champ du kilogramme de cacao fixé à 750 francs CFA est identique à celui de la précédente campagne qui a débuté du 1er octobre au 31 mars. Pour cette nouvelle campagne qui s'achève en septembre  prochain, Yves  Koné invite au « respect scrupuleux du prix accordé aux producteurs » et demande que « l'ensemble des règles de la commercialisation soient respectées ».

Premier producteur mondial du cacao, la Côte d'Ivoire a presque atteint 2 millions de tonnes lors de la campagne précédente et devrait enregistrer des chiffres records de récolte lors de la campagne principale 2018-2019.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :