Tanzanie : 17 000 hectares de cultures détruits par les ravageurs

 |   |  316  mots
Apparue pour la première fois en Angola en 2009, la chenille légionnaire d'automne n'a commencé réellement à se répandre qu'à partir de 2016, menaçant désormais la sécurité alimentaire sur le Continent.
Apparue pour la première fois en Angola en 2009, la chenille légionnaire d'automne n'a commencé réellement à se répandre qu'à partir de 2016, menaçant désormais la sécurité alimentaire sur le Continent. (Crédits : DR.)
Selon les autorités du district de Kilosa en Tanzanie, les ravageurs ont détruit plus de 17 000 hectares de cultures vivrières et commerciales. Une situation qui a de lourdes conséquences, dont une baisse de production estimée à 33 062 tonnes pour le maïs.

Les attaques des ravageurs tels que les chenilles légionnaires d'automne, les rats et les oiseaux ont des conséquences néfastes sur la production agricole en Tanzanie. Faisant un bilan de ce fléau ce dimanche dans le district de Kilosa à l'est de la Tanzanie, la responsable agricole du district, Tatu Kachenje, a confié que ces ravageurs ont détruit 16 531 hectares de maïs, 625 hectares de riz et 808 hectares de coton. Les champs ont été envahis par des cicadelles qui injectent des toxines dans les feuilles en se nourrissant, engendrant d'énormes dégâts.

Impacts considérables

«Les premiers rapports d'évaluation des experts indiquent que les récoltes de maïs chuteront à 100 354 tonnes», a laissé entendre Tatu Kachenje. Selon elle, une partie de la population du district est déjà menacée de pénurie alimentaire dans les mois à venir. «Nous allons connaître une baisse de 33 062 tonnes de maïs durant cette saison», a-t-elle ajouté.

Pourtant, les autorités tanzaniennes avaient tout fait pour limiter les attaques de ces ravageurs. Non seulement les pesticides avaient été distribués aux agriculteurs, mais aussi, l'Etat avait amené ces derniers à identifier les moyens pour identifier et contrôler les ravageurs, dont la chenille légionnaire d'automne.

Selon la FAO, cette dernière est «un insecte ravageur qui attaque plus de 80 espèces de plantes, causant des dégâts à des céréales cultivées d'importance économique, telles que le maïs, le riz et le sorgho, ainsi qu'aux cultures maraîchères et au coton».

Originaire des régions tropicales et subtropicales des Amériques, «c'est le stade larvaire de l'insecte, c'est-à-dire la chenille, qui cause des dégâts. La chenille légionnaire d'automne a plusieurs générations par an et la noctuelle (ou papillon de nuit, l'insecte ailé) peut voler jusqu'à 100 km par nuit», expliquent les experts de la FAO.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/07/2020 à 1:35 :
J'aime

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :