Le FIDA mobilise un fonds d'aide pour renforcer l'agriculture familiale en Guinée

 |   |  521  mots
D’après le FIDA, le développement des chaînes de valeur agricoles en Guinée reste difficile, car les institutions et le cadre réglementaire sont faibles, les services gouvernementaux fonctionnent mal, et les infrastructures de base sont toujours insuffisantes.
D’après le FIDA, le développement des chaînes de valeur agricoles en Guinée reste difficile, car les institutions et le cadre réglementaire sont faibles, les services gouvernementaux fonctionnent mal, et les infrastructures de base sont toujours insuffisantes. (Crédits : FIDA)
L'Etat guinéen a signé ce lundi 14 mai à Rome, avec le Fonds international de développement agricole, un accord financier de 97,1 millions de dollars, soit 53 milliards de francs CFA, destinés à soutenir 65 000 ménages ruraux dans les régions de la Haute et Moyenne Guinée. Ce nouvel appui se décline en un programme d'amélioration du régime alimentaire des populations, en faisant accroître leurs revenus et leurs capacités à faire face aux changements climatiques.

L'incidence de la pauvreté dans la Haute et Moyenne Guinée est estimée aujourd'hui respectivement à 67,5% et 55,4%. Pour aider à améliorer le régime alimentaire et accroître les revenus des populations des deux régions et leur capacité à faire face aux changements climatiques, le Fonds international pour le développement agricole (FIDA) a signé, ce lundi 14 mai, un accord financier avec l'Etat guinéen portant sur une enveloppe de 97,1 millions de dollars, soit environ 53 milliards de francs CFA.

D'après un communiqué du FIDA, les fonds serviront à la mise sur pied du projet AgriFARM qui cible quelque 65 000 ménages ruraux vivant dans quinze préfectures des  régions de la Haute et Moyenne Guinée.

«AgriFARM, qui mettra un accent particulier sur les femmes et les jeunes, vise à accroître durablement les revenus des exploitations agricoles familiales des zones d'exécution du projet, et leur résilience aux chocs externes dont les changements climatiques. Il renforcera leur capacité pour une meilleure gestion de l'eau et formera les paysans à des techniques culturales améliorées et résilientes », indique le FIDA.

L'agence onusienne explique que le projet permettra également de renforcer les organisations et associations rurales de base, créera des emplois et améliorera la situation nutritionnelle des familles agricoles.

Le programme d'AgriFARM prévoit également la réhabilitation de pistes rurales pour l'acheminement des produits agricoles vers les marchés de la région. «L'accès aux marchés est crucial si les agriculteurs veulent vendre leurs excédents de production. AgriFARM construira 21 marchés et réhabilitera 600 km de pistes rurales. Il mettra en place 46 structures de gestion et de maintenance des marchés et des pistes rurales», rapporte le communiqué du FIDA.

En outre, 21 partenariats public-privé de gestion durable des marchés seront mis en place. Le projet apportera également un soutien technique et financier à 2 000 entreprises rurales, comme le soulignent les responsables de l'agence de l'Organisation des Nations Unies.

Plusieurs partenaires pour le financement d'AgriFARM

Plusieurs partenaires participent au financement d'AgirFARM. D'après le communiqué de l'agence, sur les 97,1 millions de dollars nécessaires, 15,5 millions sont mobilisés sous forme de prêt et 15,5 millions sous forme de don octroyé par le FIDA. Le Fonds de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) pour le développement international déboursera quant à lui 15 millions de dollars et le Fonds belge pour la sécurité alimentaire mobilisera 5 millions de dollars.

Sur le plan local, le gouvernement guinéen contribuera avec 11 millions de dollars, alors que les bénéficiaires eux-mêmes apporteront 4,3 millions de dollars, détaille le communiqué. «Le déficit de financement de 30,9 millions d'USD sera couvert par les futurs cycles de financement du FIDA ou par des potentiels partenaires de cofinancement», précise l'agence onusienne.

Pour rappel et depuis ses débuts à Conakry en 1980, le FIDA a déjà apporté son appui à 14 projets et programmes de développement pour une enveloppe totale de 469,6 millions de dollars, dont 244 millions sous forme d'investissements. A ce jour, les actions du Fonds international de développement agricole ont bénéficié à près 651 450 ménages ruraux dans le pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :