Le Togo veut augmenter sa production de café et cacao

Producteur moyen du café et du cacao, le Togo prévoit de changer de cap en produisant annuellement 30.000 tonnes de café et 25.000 tonnes de cacao. Une ambition que le pays peut atteindre en comptant sur son Programme national d'investissement agricole et de sécurité alimentaire (PNIASA).
(Crédits : Reuters)

Les autorités togolaises viennent de rendre officielles leurs ambitions pour les filières café et cacao. C'était à l'occasion d'une visite sur le terrain du chef de l'Etat, Faure Gnassingbé, à Kpalimé (120 km de Lomé, sud-ouest), au siège de l'unité technique café-cacao (UTCC). Le président a exprimé son souhait de renforcer la filière, vu le rôle important de celle-ci dans les parts d'exportation du pays, dans le passé. Selon lui, le Togo doit parvenir à une production annuelle de 30.000 tonnes pour le café et de 25.000 tonnes pour le cacao.

« Le potentiel existe, reste à le développer », a expliqué Faure Gnassingbé.

Les producteurs de café et cacao togolais sont confrontés à de sérieux problèmes. Il s'agit entre autres, des difficultés organisationnelles des producteurs pour hausser leur capacité de résilience face à la conjoncture internationale (les chutes des coûts mondiaux), le commerce illicite des produits vers les pays voisins et les difficultés du secteur pour suivre les statistiques de la collecte. Des difficultés que le chef de l'Etat et les producteurs ont passé en revue afin de baliser la voie aux ambitions communes.

En effet, actuellement, selon les quelques chiffres existant, de 2011 à 2015, la production moyenne est estimée à 8400 tonnes de café et à 9000 tonnes le cacao. Les rendements à l'hectare oscillent entre 250kg à 700 kg pour le café et 300kg à 600 kg pour le cacao. A en croire ces chiffres, le Togo a encore beaucoup à faire pour atteindre le niveau de production rêvé.

PNIASA, un instrument sur mesure

Lancé en 2011 par les autorités togolaises,  l'objectif de ce programme est de booster l'agriculture togolaise et de supporter ainsi la croissance économie et une autosuffisance alimentaire. La filière café et cacao, part importante dans les exportations du pays, souffrait encore de diverses difficultés et la production régressait.

Pour y remédier, dans le cadre du PNIASA avec son sous-programme, le Projet d'appui au développement de l'agriculture au Togo (PADAT), le ministère de l'agriculture du Togo a appuyé la production. 323 producteurs ont eu 123.995 boutures racinées de caféiers et 832 autres ont bénéficié de 16.006 cabosses de cacaoyers, avec pour objectif de rétablir une filière en grande difficulté. Les résultats sont encourageants.

De 5.000 tonnes pour le café et 4.000 tonnes pour le cacao, la filière café-cacao a repris vie avec une nette amélioration de la production, établissant le café tout comme le cacao à près de 10.000 tonnes.

Pour récompenser les efforts, en juillet 2016 dernier à Paris, au 2ème concours international des cafés torréfiés, le Togo a obtenu la médaille de bronze avec la société Yentoumil et sa marque ''Café des grands plateaux'' dans la catégorie des cafés doux.

Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 13/04/2018 à 8:19
Signaler
Bonjour. J ai un vaste projet de la culture du cacao....y a til possibilité de financer à travers les apports techniques?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.