Côte d’Ivoire : les ventes de cacao suspendues devant l’effondrement des cours

L’annonce est du Conseil Café Cacao ivoirien (CCC). La Côte d’Ivoire a décidé de suspendre ses ventes de cacao dans le but de résorber la chute des cours. Le système électronique du CCC qui propose des contrats par anticipation aux exportateurs, ne permet plus d’accéder aux volumes de fèves du pays.

2 mn

(Crédits : cadbury)

L'annonce est tombée comme un couperet. Redevenue, premier producteur mondial de cacao après sa crise sociopolitique, la Côte d'Ivoire subit de plein fouet les conséquences de la chute des cours. Le pays a décidé d'interrompre ses ventes de cacao en bloquant l'accès à ses volumes de fèves. La question se pose de savoir si cette interruption inopinée ne cache pas une volonté d'Abidjan de mettre la pression sur les importateurs pour une révision à la hausse des prix des cours du cacao.

Lire aussi : La Côte d'Ivoire à la reconquête de son leadership

Les cours mondiaux sont caractérisés, ces derniers mois par une baisse continue qui affecte l'exportation de cette matière première essentielle pour l'économie ivoirienne. Il est vrai qu'avec les conditions climatiques actuelles, la Côte d'Ivoire est dans l'attente d'une production record. Une bonne récolte principale a débuté en octobre et le pays s'attend aussi à un bon rendement intermédiaire. On parle de 450 kilogrammes à l'hectare contre 300 kilogramme précédemment. Cela s'explique par le fait que les agriculteurs avaient bénéficié d'une généralisation de meilleures semences et de meilleures pratiques agricoles.

Paradoxalement, la demande mondiale de chocolat qui pourrait décoller avec les fêtes de fin d'année, n'évolue pas encore dans les pays importateurs. Abidjan s'attend ainsi à un surplus de cacao cette année. Et face à la crise des cours, le pays pourrait connaître une asphyxie financière.

L'effet domino de la chute de la livre sterling

Les promoteurs du cacao avaient pourtant vu une petite lueur "d'espoir" au printemps dernier, due à la récolte intermédiaire catastrophique après le passage d'El Niño. Mais depuis les cours chutent et chutent encore. Au marché de référence pour le CCC, la bourse de Londres, la tonne de fèves se vend à 2050 livres sterling, soit 20% de moins qu'au printemps dernier.

Lire aussi : Croissance : la Côte d'Ivoire se démarque à contre-pied de sa région

Face aux différentes crises économiques du monde, dont surtout celle de la livre sterling vis-à-vis de l'euro, et en conséquence du CFA, le CCC ne peut pas garantir aux agriculteurs le prix minimum du kilo qui est de 1.100 FCFA.

La Côte d'Ivoire fait ainsi face à un effondrement du prix d'exportation des fèves et pourrait ne pas s'en sortir si les prix ne remontaient pas. En attendant le CCC gagne du temps très utile en écoulant le reste de la récolte principale précédente par exemple. Mais jusqu'à quand ?

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.