Côte d’Ivoire : un « comité paritaire » pour secourir les entreprises face à la pandémie

 |   |  360  mots
Amadou Gon Coulibaly, Premier ministre ivoirien (gauche) et Jean-Marie Ackah, président de la Confédération générale des entreprises de Côte d'Ivoire (CGECI).
Amadou Gon Coulibaly, Premier ministre ivoirien (gauche) et Jean-Marie Ackah, président de la Confédération générale des entreprises de Côte d'Ivoire (CGECI). (Crédits : DR)
Les concertations entre le gouvernement et le patronat ivoiriens ont débouché sur la mise en place d’un « comité paritaire » ayant pour mission d’accompagner les entreprises au cours de cette crise qui fait déjà des victimes en pleine paralysie économique mondiale.

Composé de membres issus du gouvernement et du secteur privé, un « comité paritaire » a été mis en place sur proposition de la Confédération générale des entreprises de Côte d'Ivoire (CGECI). Résultat d'une instruction du président Alassane Ouattara qui demandait la semaine dernière une étude de l'impact de la crise sur le secteur privé, ce comité a pour mission d'aider les entreprises du pays à faire face aux incidences économiques du COVID-19.

Pour le patronat, l'accompagnement des entreprises est impératif dans le contexte actuel en raison des contraintes auxquels les opérateurs économiques sont désormais confrontés. Des contraintes qui touchent aussi bien aux procédures douanières qu'aux emplois, et provoquent une crise de liquidité ou l'incapacité des entreprises à respecter les échéances bancaires, d'autant que les chiffres d'affaires prennent un coup.

Surmonter d'importants défis

Comme de nombreuses économies africaines, la Côte d'Ivoire -premier producteur de cacao et riches en ressources du sol et du sous-sol- doit une grande partie de sa prospérité à l'exploitation des matières premières. Le premier producteur mondial de cacao a vu son business heurté par les récentes évolutions de la pandémie à travers la planète. De plus, les mesures légitimes prises au plan national, afin d'endiguer la propagation du COVID-19 affecte également les activités des entreprises.

Mardi, le bilan fait état de 168 cas de contamination sur l'étendue du territoire ivoirien, 6 guérisons et 1 décès. Le 23 mars dernier, le président Ouattara a décrété l'état d'urgence et un couvre-feu de 21 heures à 5 heures du matin.

Comme un peu partout sur le continent, la survie du secteur privé ivoirien au cœur de cette crise sanitaire sans précédent qui a découlé sur une crise économique certaine, est une préoccupation. Outre l'enveloppe de 622 000 dollars reçu de la Banque mondiale et de l'appui financier de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD), la Côte d'Ivoire a annoncé ce mercredi un plan de riposte de 95,880 milliards de Fcfa (près de 160 millions de dollars) pour combattre la pandémie.

Mis à jour le 01/04/2020 à 15:55.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :