Cameroun / Port de Douala : vers la fin de l'ère Bolloré

 |   |  446  mots
(Crédits : Agence du port autonome de Douala)
Le consortium franco-danois Bolloré-APM Terminals ne figure pas sur la liste restreinte des opérateurs pré-qualifiés pour la concession du terminal à conteneurs du Port autonome de Douala, publiée ce mercredi par la direction de l'entreprise portuaire. Une absence qui signifie probablement la fin du parcours du groupe français dans ce grand port d'Afrique centrale dès la fin de son contrat de concession en décembre 2019.

C'est la fin d'une époque de 15 ans de gestion de Bolloré au Port autonome de Douala (PAD). Dans un communiqué rendu publique ce mercredi 9 janvier 2019, la direction générale du port à dévoilée sa liste restreinte d'opérateurs pré-qualifiés pour la concession de son terminal à conteneurs.

A la surprise générale, le consortium franco-danois Bolloré-APM Terminals est absent de cette liste. On y voit le français CMA Terminals, Dubaï Port World, le suisse Terminal Investment Ltd, Hutchison Port Investments Ltd, immatriculée aux Iles Caïmans et le saoudien Red Sea Gateway Terminal. Ainsi, sauf retournement de situation, le géant français Bolloré ne devrait pas voir son contrat d'exploitation arrivé à terme en décembre 2019, être renouvelé dans ce port, le plus grand de la sous-région d'Afrique centrale.

Lire aussi : Bolloré Logistics lance une série d'extensions dans «ses» terminaux africains

La décision du PAD est d'autant plus surprenante que Bolloré-APM Terminals qui y officiait sous la dénomination de Douala International Terminal (DIT) et qui avait également postulé à la suite de l'appel public international à manifestation d'intérêt lancé en début 2018, avait été dans un premier temps retenu. Ensuite, le consortium franco-danoise a tout simplement été écartée. Les raisons de cette disqualification n'ont pas été communiquées par la direction du PAD.

Un bilan pourtant positif

Difficile de lier cette situation du groupe au bilan de son parcours au Cameroun. Créé dans le cadre de la convention de concession du terminal à conteneurs, signée en juin 2004 avec le PAD, la mission de DIT se résumait à la gestion, l'exploitation et le développement de l'activité de manutention sur la place portuaire de Douala. Et vu sous cet angle, la société franco-danoise a enregistré des résultats positifs.

Plus grand port de l'Afrique centrale servant également de porte d'entrée de marchandises pour le Tchad et la Centrafrique, deux pays enclavés voisins au Cameroun, le PAD a vu son volume d'activités fortement augmenté. Selon les données rendues publiques par DIT, ses volumes manutentionnés ont progressé de 193% entre 2005 et 2017.

Lire aussi : Cameroun : la société gestionnaire du port d'Anvers accompagne les activités du port de Douala

Le départ du groupe Bolloré du port de Douala ne signifiera cependant pas son départ du Cameroun. Déjà très impliqué dans le secteur du transport ferroviaire du pays, le groupe qui est aussi présent dans au moins 17 ports sur le continent africain, a réussi récemment à décrocher la concession du nouveau port de Kribi, une ville balnéaire située dans le sud du Cameroun.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :