Minerais stratégiques  : le Maroc cherche à augmenter sa production de cobalt

Avec une production de 1900 tonnes l'année dernière, le Maroc est classé aujourd'hui au onzième rang parmi les rares pays producteurs de son minerai stratégique utilisé dans les industries automobiles, les nouvelles technologies et les énergies renouvelables.
(Crédits : Managem)

Le Maroc ambitionne d'exploiter ses réserves de cobalt dans le cadre de la chaîne d'approvisionnement des batteries rechargeables. Interrogé à ce sujet, Abdellah Mouttaqui, secrétaire général de l'Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM), a déclaré à l'agence Reuters que le Maroc s'efforçait d'augmenter sa production de cobalt, qui se situe actuellement au neuvième rang mondial, avec un volume de 1 900 tonnes réalisées l'année dernière, et dont les réserves se situent au onzième rang à l'échelle mondiale (70% des approvisionnements mondiaux en cobalt sont situés en République démocratique du Congo)

La demande mondiale en cobalt a bondi ces dernières années et devrait atteindre 60 % d'ici 2025. Ce minerai aujourd'hui stratégique a vu son utilisation augmentée dans les industries automobiles, les nouvelles technologies et dans le secteur des énergies renouvelables.

En Afrique, la RDC est le premier fournisseur mondial de source mondiale du cobalt  (100 000 tonnes en 2019). En Afrique du Sud, le cobalt est coproduit de l'exploitation des métaux précieux. Au Maroc, la mine de Bou Azzer représente l'unique mine, au monde, exploitant exclusivement un minerai de cobalt (sous forme de smaltite « CoAs2 »). Cette spécificité fait du Maroc une zone d'exploration remarquable à l'échelle internationale. Clancy Exploration a acquis 2 permis de recherche limitrophes de la mine de Bou Azzer qu'elle considère dans ses communications comme une « mine de renommée mondiale ». D'après l'ONHYM, cette dernière a levé 750 000 dollars pour réaliser un programme de forage sur ses licences marocaines.

Fin janvier dernier, le géant anglo-suisse des matières premières Glencore et le groupe minier et métallurgique marocain Managem (détenu majoritairement par le fonds d'investissement privé panafricain Al Mada) signaient un partenariat stratégique pour la production de cobalt à partir de matériaux de batteries recyclées, dans les unités de Managem à Guemassa (près de Marrakech). Ce partenariat sur cinq ans vient soutenir le secteur de l'électromobilité pour atteindre ses objectifs en matière de recyclage de métaux. Managem produira 1,2 kilotonne de cobalt recyclé par an, en plus d'hydroxide de nickel et de carbonate de lithium.

Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.