« Un jour, cinq millions d'arbres », l'initiative qui redonne vie aux forêts ivoiriennes

 |   |  329  mots
En Côte d'Ivoire, le développement des cultures cacaoyères a engendré une perte conséquente dans la superficie des forêts.
En Côte d'Ivoire, le développement des cultures cacaoyères a engendré une perte conséquente dans la superficie des forêts. (Crédits : Reuters)
L'opération qui a débuté en juin dernier dans l'ensemble du pays et qui a connu son point culminant ce 25 juillet participe de la volonté des autorités ivoiriennes de recouvrer d'ici à 10 ans 20% du couvert forestier du pays, avec l'objectif de planter chaque année quelque 300 millions d'arbres.

Les autorités ivoiriennes ont présenté samedi à Yamoussoukro le bilan d'une ambitieuse opération de plantation de plus de 5 millions d'arbres en 2020 pour lutter contre la déforestation, après la plantation en 2019 de plus d'un million d'arbres. « Cette année 2020 est marquée par une opération plus ambitieuse intitulée "Un jour, cinq millions d'arbres" [...] qui concrétise notre ferme volonté et notre engagement à relever les défis de la préservation, de la réhabilitation et de l'extension des forêts », a déclaré le ministre ivoirien des Eaux et forêts, Alain Richard Donwahi, lors d'une cérémonie dans la capitale ivoirienne.

« A travers cette opération de plantation d'arbres [...] nous voulons démontrer que le pari pour la Côte d'Ivoire de recouvrer son couvert forestier est certes ambitieux, mais est à notre portée », a poursuivi Donwahi, relayé par l'AFP.

La campagne qui a démarré le 1er juin dans l'ensemble des 31 régions du pays, en pleine saison des pluies, a permis de planter « 5,3 millions d'arbres soit 300 000 plants par jour », selon le bilan officiel. L'opération entend alerter sur la déforestation qui a fait perdre au pays la quasi-totalité de ses forêts en une cinquantaine d'années.

Les plantations de cacao, premier cause de la réduction du couvert forestier

Premier producteur mondial de cacao avec 40% du marché, la Côte d'Ivoire, qui comptait 16 millions d'hectares de forêts dans les années 1960, a vu leur superficie fondre à trois millions d'hectares, selon les chiffres officiels, à cause notamment du développement des plantations de cacao.Le réchauffement climatique, les catastrophes naturelles, l'appauvrissement des sols et des migrations des populations ont également participé à la disparition du couvert forestier.

La nouvelle politique forestière ivoirienne vise à recouvrer « six millions d'hectares en 2030, soit 20% du territoire national et un accroissement de 3 millions d'hectares de forêts ». La première opération lancée en novembre 2019 avait permis pour rappel, de planter 1,1 million d'arbres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/08/2020 à 18:03 :
Il y a des projets qui sont au dessus du lot, bravo.

Mais d'une façon générale il faudrait imposer à tout ceux qui profitent de l’abatage, d'une façon ou d'une autre, des arbres d'en replanter d'autres, on se demande bien d'ailleurs pourquoi cela ne leur est toujours pas imposé surtout dans les pays possédant de vastes domaines forestiers.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :