Mines : l’Angola veut promouvoir stratégiquement son fer et son phosphate

 |   |  322  mots
(Crédits : Pixabay)
Outre son classique diamant, l’Angola veut désormais mettre en lumière ses minerais de fer et de phosphate. Le gouvernement prépare à cet effet une action visant à attirer « rapidement » des investisseurs d’Europe, du Moyen-Orient et d’Asie.

Peu explorés, les minerais de fer et de phosphate de l'Angola pourraient bientôt bénéficier d'un plus intérêt de la part des investisseurs. C'est en tout le nouvel objectif minier du président Joao Lourenço et son équipe gouvernementale qui préparent le lancement d'appels d'offres publics en vue de l'octroi de droits miniers à des sociétés de prospection et d'exploration en Angola.

Tournée Londres-Dubai-Beijing

En amont, Luanda compte organiser une tournée à compter de septembre dans trois capitales économiques d'Europe, du Moyen-Orient et d'Asie à savoir Londres, Dubaï et Beijing. Selon le ministre des Ressources minérales et du Pétrole, Diamantino de Azevedo, les appels d'offres qui concernent une mine de fer et deux mines de phosphates devraient être lancés en octobre prochain.

Lire aussi : TICAD 2019 : distancé par ses rivaux en Afrique, le Japon mise sur «l'appui à l'autonomie»

«Selon le Code minier, quand il y a suffisamment d'informations pertinentes sur une concession donnée, l'Etat peut lancer un appel d'offres, considérant que nous disposons d'une autre modalité, la négociation directe», a-t-il expliqué.

Outre mes mines de diamants -qui feront également l'objet de deux appels d'offres dans l'opération d'octobre prochain-, l'Angola est également connu pour ses gisements de fer et de phosphates, mais aussi de bauxite et d'uranium entre autres. Mais ceux-ci bénéficient généralement d'un faible intérêt de la part des investisseurs et compagnies exploratrices.

Lire aussi : Rwanda : le deal avec Arsenal booste le tourisme

Aux dernières nouvelles, une entreprise locale a démarré en 2017 l'exploitation d'une mine de fer dans le nord du pays. Concernant le phosphate, une nouvelle dynamique est impulsée sur ce segment depuis 2016. Récemment, le gouvernement faisait montre de sa volonté de voir émerger une véritable industrie dans le pays, avec notamment le projet d'exploitation et de transformation de phosphate à Tomboco, dans la province de Zaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/09/2019 à 10:27 :
2 ressources que nous aurons épuisé d'ici la fin du siècle. Ce fait étant connu, c'est une erreur stratégique de démarrer leur exploitation avant que les effets du manque ne se fassent sentir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :