CFA / Teodoro Obiang Nguema : «Nous devons négocier avec la France plutôt que de se lancer dans un processus de changement»

 |   |  235  mots
(Crédits : Reuters)
Lors de sa visite de travail vendredi à Libreville, le président équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, a réitéré son souhait de voir les pays de la zone CEMAC discuter librement de la question du franc CFA avec la France, plutôt que l'idée d'un changement de monnaie, comme c'est le cas en Afrique de l'Ouest.

«Nous avons appris que l'Afrique de l'Ouest va peut-être changer sa monnaie, mais ici en Afrique centrale, on a déjà échangé nos points de vue sur le sujet», a révélé Teodoro Obiang Nguema. «Mon point de vue, a-t-il poursuivi, est que nous devons négocier préalablement avec la France pour lui présenter certaines difficultés que nous rencontrons en relation avec la couverture qu'elle fait de notre monnaie, plutôt que de se lancer dans un processus de changement de cette monnaie».

Avoir une monnaie forte

Une allusion à peine voilée au projet bien avancé de changement du franc CFA par une monnaie commune (ECO), mise en œuvre par les 15 pays de l'Afrique de l'Ouest : «Il ne s'agit pas seulement du changement du nom de la monnaie, mais de la nécessité d'avoir une monnaie forte qui peut rivaliser avec les autres économies», renchérit-il.

Lire aussi : Union Africaine : une monnaie unique, une banque centrale et un fonds monétaire à l'horizon 2045

La veille, lors d'un échange avec le président ghanéen Nana Akufo-Addo en visite à Paris, le président français Emmanuel Macron avait tendu la perche. «On peut discuter du CFA sans tabou, ni totem», a-t-il lancé en ajoutant : il s'agit d'un sujet «qu'on doit pouvoir ouvrir et qu'on a décidé d'ouvrir ensemble avec nos partenaires africains, de manière apaisée, sans culte du symbole».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :