Cacao  : la Côte d'Ivoire et le Ghana fixent un prix plancher de vente

 |  | 193 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Reuters)
Un mois après avoir suspendu d'un commun accord la vente de leur production de cacao pour déséquilibre commercial, la Côte d'Ivoire et le Ghana se sont accordés sur un prix plancher garanti de 2 600 dollars la tonne, avec un différentiel de subsistance de 400 dollars au planteur.

La décision prise dans le courant de la semaine par les deux pays vise essentiellement à fournir aux producteurs un prix rémunérateur afin de leur permettre d'avoir des revenus décents. Ainsi, dans leur lettre adressée à la Federation of Cocoa Commerce à Londres, les autorités ivoiriennes et ghanéennes ont indiqué avoir convenu du principe d'un prix plancher garanti de 2 600 dollars.

Précisément, il s'agit de la création d'un «différentiel de revenu de subsistance»(DRS) au planteur de 400 dollars la tonne qui entrerait en vigueur à l'ouverture de la campagne 2020-2021. Avec le nouveau mécanisme, les planteurs devraient être assurés de percevoir 70% du prix de référence, qui est de 2 600 dollars la tonne de cacao.

Les deux géants mondiaux de production de cacao reprendront ainsi les ventes de fèves sur la campagne 2020-2021 qu'ils avaient suspendue. La décision, prise dans le sillage de celles de 1979 et 1988, visait à forcer les multinationales à une meilleure renégociation des tarifs.

Pour rappel, la Côte d'Ivoire et le Ghana représentent à eux deux plus de 60% de la production mondiale, avec plus de 3 millions de tonnes annuellement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :