Mauritanie  : un nouvel ouvrage pour l'irrigation de grands périmètres agricoles à Trarza

 |   |  473  mots
La Mauritanie fait partie des pays ciblés par le programme de la FAO visant l'amélioration de l'accès des communautés vulnérables rurales et urbaines à une alimentation durable, saine et équilibrée.
La Mauritanie fait partie des pays ciblés par le programme de la FAO visant l'amélioration de l'accès des communautés vulnérables rurales et urbaines à une alimentation durable, saine et équilibrée. (Crédits : FAO)
Les autorités mauritaniennes viennent d'inaugurer un canal d'irrigation long de 55 kilomètres. Avec un coût estimé à plus de 13 milliards d'ouguiyas (36 millions de dollars), cette nouvelle infrastructure apportera l'eau nécessaire à l'irrigation de pas moins de 25 000 hectares de terres agricoles dans la région de Trarza.

L'un des défis de la Mauritanie est d'améliorer sa productivité agricole. Conscientes de la situation, les autorités du pays ne cessent de fournir des efforts pour appuyer le secteur. Le président de la république mauritanienne, Mohamed Ould Abdel Aziz, vient d'inaugurer ce mardi 21 novembre le nouveau canal d'irrigation d'Aftout Essahli . Long de 55 km, cet ouvrage permettra d'irriguer plus de 25 000 hectares de terres agricoles et le montage d'activités génératrices de revenus dans le domaine du maraîchage et de l'élevage dans la région du Trarza (plus de 200 kilomètres au sud de la capitale Nouakchott) à partir du fleuve Sénégal.

«Ce canal fait partie des plus importants projets structurels réalisés. Il constitue une première et une innovation dans l'histoire de l'agriculture du pays tant du point de vue de volume de l'eau drainée que des grandes superficies qui seront irriguées», a souligné la ministre mauritanienne de l'Agriculture, Lamina Mint Elghtoub Ould Moma, lors  de la cérémonie d'inauguration de cet important ouvrage.

Prévu pour l'irrigation de 17 000 hectares, le canal d'Aftout Essahli drainera finalement l'eau nécessaire à l'irrigation de  pas moins de 26 000 hectares de terres agricoles, dépassant du coup les prévisions initiales. La responsable est d'ailleurs très convaincue des rendements positifs qui attendent le pays dans le secteur de l'agriculture.

«Le coup d'envoi donné il y a quelque année par le président de la République pour l'approvisionnement en eau du premier tronçon du canal dans le cadre de la campagne agricole 2016-2017 a permis l'exploitation de 53 04 hectares à travers le système d'irrigation et 8 395 hectares durant la campagne hivernale», a indiqué Lamina Mint Elghtoub Ould Moma. Le projet, entamé en 2013 et entièrement financé sur fonds propres par l'Etat, a nécessité une enveloppe de 10 milliards d'ouguiyas, soit environ 36 millions de dollars.

Atténuer les effets de la sécheresse

L'agriculture est un secteur très important en Mauritanie, puisqu'elle représente aujourd'hui 21% des emplois, alors que 62% de la population totale vit principalement des activités rurales. Pour atténuer les effets de la pauvreté, le gouvernement mauritanien s'investit ces dernières années dans la promotion du secteur agricole à travers son Programme indicatif national 2014-2020, signé avec l'Union européenne.

En 2012, une Stratégie nationale de sécurité alimentaire (horizon 2015 et vision 2030), doublée d'un Plan national d'investissement agricole et de sécurité alimentaire a été adoptée par le gouvernement à cet effet.

Mais les sécheresses répétées que connaît le pays impactent gravement la production agricole. Le canal d'Aftout Essahli devrait, à terme, atténuer la dépendance de l'agriculture pluviale. Une nouvelle orientation qui fait partie des recommandations de la FAO qui avait conseillé à la Mauritanie d'introduire la culture par irrigation pour doper sa production.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :