40 tonnes en 2016 ! Un futur aurifère pour le Burkina Faso ?

 |   |  445  mots
(Crédits : Reuters)
Alors que la production d’or était à peine d’une tonne en 2000, le Burkina Faso estime que sa production du métal précieux devrait atteindre 40 tonnes d’ici la fin de l’année 2016. Effet d’annonce ou prémices d’une industrie aurifère ? En tout cas, aujourd'hui, la manne financière générée par l'or se heurte aux défis d'une bonne gouvernance.

« Le pays de Christian Kaboré est un pays en pleine progression économique et cela devrait continuer ainsi si la gouvernance est bonne et la sécurité est garantie ». L'avertissement vient du politologue togolais Pr. Folly Hétchéli. Il faut dire qu'avec une prévision de croissance économique au-dessus de la barre des 5% en 2016 (contre 4,8% un an plus tôt), le Burkina Faso a soldé sa crise politique et semble vouloir booster son économie. Cet ambitieux projet s'appuie sur le retour à des institutions démocratiques mais surtout sur la reprise du sous-secteur minier notamment de l'industrie d'extraction de l'or.

Selon des chiffres du ministère burkinabé des Finances, l'or a rapporté en 2015, 168,41 milliards de francs CFA (environ 285 millions de dollars) contre 191 milliards de FCFA (environ 324 millions de dollars) en 2012 au Burkina, les recettes variant en fonction des effets combinés du cours du dollar et du métal jaune.

L'or, premier produit d'exportation

 Au niveau de l'extraction, neuf mines en production étaient exploitées avant 2015. Cinq nouveaux permis d'exploitation ont été délivrés avec environ 822 autorisations et titres miniers accordés à des investisseurs locaux. Le métal jaune reste donc le premier produit d'exportation du Burkina Faso devant le coton. Et la courbe de production d'or va rester ascendante dans les années à venir.

D'une production de 5,6 tonnes d'or en 2008, le Burkina Faso est passé à 36,5 tonnes d'or exportées en 2015, selon des chiffres du ministère des Mines. Le pays s'attend à une production de 39,6 tonnes d'or en 2016, selon Alfa Oumar Dissa, ministre burkinabè de l'Énergie, des Mines et des Carrières. Une montée en flèche spectaculaire de la production qui s'accompagne d'une bonification des recettes burkinabè. Alors que le « pays des hommes intègres » parvenait à peine à exporter une tonne pour des recettes de quelques milliers de dollars. Partant de quelques milliers d'euro en 2000, l'or a permis d'engranger près de 285 millions de dollars.

Création d'emplois

Avec cette production record d'or attendu et les recettes qui l'accompagnent, le Burkina Faso devrait augmenter le nombre d'employés dans le secteur. Les 10.000 personnes actuellement employées dans l'industrie d'extraction d'or devrait accueillir près de 1.000 nouveaux arrivants. Les recettes de l'Etat quant à elles, devraient s'accroître d'un peu plus de 22 millions de dollars, soit près de 14 milliards de FCFA. Mais des défis structurels pourraient plomber ce décollage économique par l'or. Ces obstacles concernent, le « renforcement des mesures de protection de l'environnement minier (...), la recherche géologique et minière pour mieux affiner nos connaissances sur le potentiel minier de notre pays », relève-t-on au ministère des Mines. Un avenir en or face à des défis d'organisation et de gouvernance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :