Nigeria : en un mois, les subventions sur les carburants ont dépassé le milliard de dollars

Depuis le début de l'année, la compagnie pétrolière nationale n'a pas été en mesure de verser à l'Etat une partie des bénéfices provenant de la vente de brut, notamment à cause du coût élevé des subventions.
(Crédits : DR.)

La facture des subventions sur les carburants au Nigeria a atteint 525,714 milliards de nairas (1,22 milliard de dollars) en août, portant le total dépensé cette année à 2,568 trillions de nairas, selon les chiffres soumis au gouvernement par la compagnie pétrolière publique NNPC.

L'augmentation continue des coûts pour maintenir les prix de l'essence à un bas niveau pèse de plus en plus sur le budget de l'Etat et impute considérablement les revenus de la Nigerian National Petroleum Corp.

En avril, les parlementaires nigérians avaient approuvé une subvention à l'essence de 4 billions de nairas pour cette année, après que le gouvernement soit revenu en janvier sur sa promesse de mettre fin à ses subventions pour éviter d'éventuelles protestations à l'approche des élections présidentielles de février 2023.

Depuis le début de l'année, la NNPC n'a pas été en mesure de verser aux caisses de l'Etat une partie des bénéfices provenant de la vente de brut, notamment à cause du coût élevé des subventions. La facture du mois d'août est à comparer aux 448,782 milliards de nairas du mois de juillet, selon un document que la NNPC.

Une partie de l'augmentation des coûts est due à un approvisionnement quotidien plus important en essence, qui a atteint 71,8 millions de litres, soit une augmentation de près de 10 % par rapport à juillet, selon des informations présentées par l'autorité de régulation Nigerian, la Midstream and Downstream Petroleum Regulatory Authority.

Pour rappel, la production de pétrole en août s'est élevée en moyenne à 1,18 million de barils par jour, bien en dessous du quota de l'OPEP de 1,8 million/barils/jour. En cause, les centaines de milliers de barils volés au large ou siphonnés sur les pipelines pour être ensuite revendus au marché noir.

En août dernier, le président nigérian Muhammadu Buhari annonçait le renforcement des mesures de sécurité au large de son pays pour mettre un terme au vol généralisé de pétrole brut, une semaine après l'arrestation d'un superpétrolier au large de la Guinée équatoriale.

E-GOV : Quelles stratégies pour des services publiques performants ?

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.