En Gambie, la croissance est sur un trend haussier, alors que le niveau de la dette inquiète

 |   |  516  mots
La Banque centrale de Gambie avait arrêté le taux d'inflation à 5% sur le moyen terme.
La Banque centrale de Gambie avait arrêté le taux d'inflation à 5% sur le moyen terme. (Crédits : Reuters)
Le Fonds monétaire international vient confirmer la reprise de l'économie gambienne, suite à une mission effectuée entre novembre et décembre 2017 dans la capitale Banjul. L'institution de Brettons Woods avance déjà une prévision de croissance de 3% pour cette année, alors que la dette culmine à 120% du PIB.

Le nouveau pouvoir gambien fait déjà de bons résultats sur le plan économique. Pour preuve, le Fonds monétaire international, à l'issue d'une récente mission d'examen de résultats dans le cadre du Programme de surveillance approuvé en juin 2017 entre l'institution et les autorités gambiennes, a conclu que les indicateurs actuels confirment la reprise de l'économie de la Gambie.

«L'économie a commencé à se redresser après le net ralentissement de la croissance en 2016, provoqué par une mauvaise récolte, une pénurie de devises et une baisse du tourisme due aux troubles politiques après les élections présidentielles de décembre 2016. La croissance économique en 2017 est projetée à 3%.», détaille le FMI dans un communiqué de presse.

Ce taux prévisionnel de croissance est porté par un fort rebond du tourisme et du commerce, ajouté à un regain d'intérêt de la part des investissements directs étrangers dans l'énergie, le tourisme, l'agriculture et les transports.

Sur le volet de la politique monétaire, l'institution de Breton Woods rapporte que «l'inflation est inversée, reflétant la stabilisation du dalasi (monnaie gambienne, NDLR) et une baisse progressive des prix des denrées de première nécessité. Avec une discipline budgétaire et un soutien financier extérieur nettement améliorés, le dalasi est resté stable depuis avril et les réserves internationales se sont fortement redressées».

Toujours en termes de projections, le FMI ajoute que «la croissance économique devrait s'accélérer progressivement pour atteindre 5% d'ici 2020». Une performance qui reviendrait notamment à une meilleure mise en œuvre des réformes et à l'augmentation significative des investissements dans les secteurs du tourisme et du commerce. «L'inflation globale devrait être légèrement inférieure au taux prévisionnel de 5% de la Banque centrale de Gambie à moyen terme», avance le FMI dans son communiqué.

47% des recettes sont engagés dans la dette

La Gambie ploie sous un volume de dette que le gouvernement lui-même a jugé insoutenable. D'après les sources officielles, la dette absorbe aujourd'hui 47% des recettes du pays, alors que les impôts restent la principale source de revenus du Trésor gambien. Une situation qui inquiète autant le FMI que le gouvernement.

«La dette accrue de la Gambie de 120% du PIB dont le nouveau gouvernement a hérité est un défi énorme. Le maintien de la viabilité de la dette nécessitera de s'abstenir de projets d'investissement à grande échelle impliquant des prêts ou des engagements conditionnels avant que des espaces budgétaires et d'emprunts supplémentaires n'aient été dégagés et de mobiliser des capitaux privés», a rappelé Ulrich Jocoby, le chef de la mission du FMI à Banjul.

«C'est un défi hérité de l'ancien gouvernement, mais auquel nous devons faire face», indiquait Amadou Sanneh, ministre gambien des Finances, lors d'une conférence de presse organisée mardi dernier au State House. Mais l'argentier de l'Etat veut garder à l'esprit les notes positives relevées dans le rapport du FMI, notamment la reprise «aussi lente soit-elle» de l'économie de la Gambie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :