Sud Soudan : 50 millions de dollars pour aider le pays à affronter la crise

 |   |  346  mots
Le Soudan Sud ne s'est toujours pas remis de la sécheresse sévère qui a frappé le pays en 2012.
Le Soudan Sud ne s'est toujours pas remis de la sécheresse sévère qui a frappé le pays en 2012. (Crédits : Reuters)
Au Sud Soudan, des millions de personnes souffrent actuellement d'une crise alimentaire sévère, provoquée par les conflits et la sécheresse. La Banque mondiale a décidé de débloquer une nouvelle enveloppe de 50 millions de dollars, une aide est loin d’être suffisante.

Pour atténuer cette situation alarmante, la Banque mondiale a approuvé ce vendredi une aide alimentaire de 50 millions de dollars. Cette aide est axée sur le soutien des moyens de subsistance et la fourniture de services sociaux de base.

«Les conflits en cours signifient que les ménages du Soudan du Sud comptent sur des mesures désespérées, telles que les ventes forcées d'actifs productifs qui mettent en danger les flux de revenus futurs», a déclaré Carolyn Turk, directeur pays de la Banque mondiale pour le Soudan du Sud.

Pour une distribution rapide et efficace de cette enveloppe, la BM s'est attachée les services des agences des Nations Unies, comme le PAM, l'UNICEF et la FAO, profondément impliqués dans l'assistance d'urgence en cas de crise.

«Nous travaillons en étroite collaboration avec les partenaires onusiens pour apporter notre réponse, car nous pensons que la résolution de cette crise aiguë ne sera possible qu'avec tous les acteurs humanitaires et de développement travaillant ensemble», a déclaré un responsable de la BM à l'Agence Xinhua. Sont prioritaires pour ces fonds, les enfants âgés de moins de cinq et les femmes enceintes. Selon l'Organisation des Nations Unies (ONU) plus de 100 000 personnes sont effectivement touchées par la famine et un million de Sud-Soudanais sont directement menacés de l'être.

Les ONG s'inquiètent

Ce qui prouve que ces 50 millions de dollars sont loin d'être suffisants pour faire face aux besoins du pays, estimés à près de deux milliards d'euros. A ce jour, indique l'ONU, seulement 26% ont été réunis. De quoi inquiéter les ONG qui s'activent dans ce pays.

 «C'est sinistre. Ils ont déjà connu une sécheresse majeure en 2012 et il semble qu'ils ne s'en soient jamais complètement remis», a déclaré à l'APF la présidente de Stop Hunger Now, Sarai Khan. Cette situation est imputée à la guerre civile qui déchire la plus jeune nation du monde depuis des années, causée par des rivalités politiques et ethniques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/05/2017 à 18:32 :
BONSOIR A TOUT LES AFRICAIN
IL FAIT L'HEURE DE LA CONTRUICTION TOTAL DE L'AFRIQUE
JEUNE AFRICAIN REVEILLONS NOS ESPRIT POUR LE PROGRES DU CONTINENT
LA BANQUE MONDIALE EST PRES POUR INVESTIR DANS LE PROJET DE L'ENERGIE
RENOUVELLABLE.
L'OBJECTIF EST DE FOURNIR AUX POUVOIR PUBLIQUE UN OUTIL QUI LEUR PERMET
DE DETERMINER SI LE CADRE REGLEMENTAIRE ET JURIDIQUE EN VIGUER FAVORISE
BIEN LE DEVELOPEPPEMENT D'UNE ENERGIE DURABLE,TOUT EN METTANT EN EVIDENCE LES ASPECTS A AMELIORER POUR PARVENIR A ATTIRER DES INVESTISSEMENT PRIVES.
AVEC CE NOUVEL INSTRUIMENT,LES PAYS POURRONT AUSSI COMPARER LEUR PERFORMENCE A CELLES DES AUTRES ET SUIVRE LEURS PROGRES SUR LA DUREE
R.I.S.E LA TRASITION MONDIALE DE L'ENERGIE RENOUVELABLE
LA BANQUE MONDIALE EST PRES 57 MILLIARD DE DOLLARD POUR L'AFRIQUE

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :