Sénégal : hausse des recettes mobilisées

 |   |  371  mots
(Crédits : DR.)
Selon un rapport de la Direction de la prévision et  des études économiques (DPEE), les ressources financières mobilisées par le Sénégal ont atteint 366,1 milliards de francs CFA au terme du mois de février 2019, soit environ 622,370 millions de dollars. Un montant qui représente une progression de 17,1% en glissement annuel, du fait notamment de l'augmentation des recettes budgétaires.

La note de la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE), rendue publique cette semaine, a révélé que les recettes mobilisées par le Sénégal atteignent 366,1 milliards de francs CFA en fin février 2019, soit une progression de 17,1% en glissement annuel. Cette progression a été possible grâce notamment à une hausse de 13,3% des recettes budgétaires.

Quant aux recettes générées par les impôts sur le revenu et les bénéfices, elles ont également connu une hausse de 40,9 milliards par rapport à la même période en 2018. « Cette orientation est essentiellement attribuable à l'impôt sur le revenu, à la TVA à l'import et aux droits de douane », explique la DPEE. Elle souligne que les recettes fiscales ont été, toutefois, « partiellement contrebalancée par la baisse du recouvrement des droits d'enregistrement et de timbre ». Ce qui explique le fait qu'à la fin du mois de février, les collectes de l'impôt sur le revenu ont généré 63,9 milliards, soit une progression de 8,7%.

Hausse des collectes de l'Etat

Celles provenant des taxes de biens et de services comme la TVA sont estimées à 54,3 milliards de francs CFA, révélant une hausse de 18,4%. Une performance notée également chez les collectes sur les droits de porte qui affichent 38,6 milliards de francs CFA, soit une augmentation de 14,7%. Ces ressources financières mobilisées par le gouvernement sénégalais sont issues des recettes budgétaires à hauteur de 336,6 milliards de francs CFA et de 24,5 milliards de francs CFA pour l'aide au développement. Sans compter les ressources obtenues du fonds de soutien au secteur de l'énergie (FSE) d'un montant équivalent à 5 milliards de francs CFA. La note de la DPEE, en ce qui concerne les droits d'enregistrement et de timbre, rapporte qu'ils ont diminué en 2019, passant à 11,7 milliards de francs CFA, alors qu'ils étaient de 13 milliards de Fcfa il y a un an.

Par ailleurs, si la TVA intérieure hors pétrole au terme du mois de févier 2019 représente  41,1 milliards comparativement à la même période de l'année 2018, la taxe spécifique pétrole quant à elle a généré 16,8 milliards de Fcfa, enregistrant une hausse de 10,5 milliards de francs CFA.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :