Congo : un accord sous conditions drastiques avec le FMI

 |   |  377  mots
Ce nouvel accord intervient après une série de pourparlers engagés entre Brazzaville et le FMI depuis 2017.
Ce nouvel accord intervient après une série de pourparlers engagés entre Brazzaville et le FMI depuis 2017. (Crédits : Reuters)
Brazzaville semble proche de décrocher un programme de soutien du FMI, après des négociations qui durent depuis 2017. Une situation qui s’explique par les inquiétudes du Fonds sur la viabilité de la dette qui était de 9,14 milliards de dollars, soit 110% du PIB en juillet dernier.

La République du Congo vient d'annoncer qu'elle remplissait les critères pour conclure un accord avec le Fonds monétaire international (FMI), ce qui devrait lui permettre de débloquer un programme triennal visant à redresser son économie et réduire la pression de la dette. Une sortie des autorités congolaises qui tranche avec des déclarations antérieures du FMI qui conditionnait tout soutien que lorsqu'il celui-ci sera conforme à ses politiques.

Le Congo a comme plusieurs de ses voisins d'Afrique centrale été lourdement impacté par la chute des prix du brut Et alors que des pays comme le Tchad et le Gabon ont depuis obtenu l'aide du FMI, les pourparlers entre Brazzaville et le Fonds se poursuivent depuis 2017. Un retard qui s'explique en partie par l'intransigeance du FMI sur la question de la restructuration de la dette qui s'élevait en juillet dernier à 9,14 milliards de dollars, soit près de 110% du PIB.

Le Conseil du Fonds doit donner son accord

«La République du Congo se félicite de l'accord conclu avec le Fonds monétaire international pour soutenir son programme de réformes. Cet accord est soutenu par d'autres créanciers multilatéraux, y compris la Banque mondiale et la Banque africaine de développement», ont déclaré les autorités congolaises dans un communiqué. Le programme qui nécessite toujours l'approbation du conseil d'administration du Fonds devrait, selon Brazzaville, «restaurer une croissance économique durable et inclusive et à soutenir un environnement microéconomique stable compatible avec la viabilité de la dette publique».

Pour l'heure, rien n'a encore filtré sur le volume de l'aide du FMI, seul le déblocage de 135 millions d'euros de la part de la France en cas de feu vert du conseil d'administration  du Fonds a été confirmé. Les experts du FMI avaient lors de leur dernière visite à Brazzaville déclaré que les deux parties étaient parvenues à «une large compréhension des politiques qui pourraient être soutenues par le FMI dans le cadre d'un arrangement financier». Les autorités congolaises sont parallèlement en négociation avec ses créanciers, notamment les opérateurs Trafigura et Glencore qui lui avaient avancé quelque 2 milliards de dollars. Cependant, la majeure partie de la dette extérieure congolaise appartient à des entités chinoises.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/05/2018 à 18:22 :
sans l'Afrique l'europe ne vivrait pas!
ses centrales nucléaires , ses portables ext ext tourneraient comment?

Eh bien non le fmi -fonds pour la mort institutionnalisée-sera drastique
A VOMIR

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :