Zambie : le FMI oppose un niet à un prêt de 1,3 milliard de dollars

 |  | 350 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Reuters)
Le FMI a rejeté une demande de prêt du gouvernement zambien. Lusaka avait sollicité en novembre dernier un crédit de 1,3 milliard de dollars qui a finalement été refusé par le FMI. Cette fin de non-recevoir a été justifiée par les risques que ferait courir une nouvelle créance à la viabilité de la dette qui a atteint 12,45 milliards de dollars en août 2017.

La Zambie vient de voir sa demande de prêt rejetée par le Fonds monétaire international (FMI). L'institution internationale a justifié son refus par le fait qu'une nouvelle créance pourrait signifier un risque pour la soutenabilité de l'endettement zambien.

Soutenabilité

Lusaka comptait décrocher du FMI un prêt de 1,3 milliard de dollars avant la fin de ce semestre. La demande a été adressée par le secrétariat zambien au Trésor en novembre dernier. Le niet de l'institution est venu mettre un terme aux plans du gouvernement zambien. Ce refus est le deuxième qu'adresse le FMI à Lusaka.

Le premier rejet d'une proposition de prêt zambienne date d'août 2017 et a également été justifiée par les menaces que cela représenterait sur la viabilité de la dette. Le FMI a de son côté rassuré le gouvernement zambien en lui demandant un nouveau schéma d'emprunts avant de reprendre les pourparlers sur un programme de prêt.

« Cependant, les derniers d'emprunt fournis par les autorités continuent de compromettre la viabilité de la dette du pays et risquent de compromettre sa stabilité macroéconomique et, en fin de compte, le niveau de vie de sa population », explique le FMI.

La dette équivalente à 47% du PIB

L'institution a toutefois conditionné l'ouverture de nouvelles discussions sur un programme de prêt par la mise en place de mesures « crédibles » visant à réduire le volume de la dette et à stabiliser « la dynamique de la dette et à la faire baisser à moyen terme ».

La dette publique zambienne s'est pour rappel élevée à 12,45 milliards de dollars à fin août 2017, soit près de 47% du PIB. Le FMI a précisé son intention de tenir des discussions régulières et d'offrir une assistance technique au gouvernement zambien.

Les deux parties avaient déjà convenues en octobre dernier de définir conjointement une nouvelle stratégie pour viabiliser la dette, après que le FMI avait décidé de retarder la fin des négociations, pour le même motif à savoir que le pays connaissant un risque élevé de surendettement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :