Cap-Vert  : 550 millions d'euros et 5,5% de croissance pour le budget 2018

 |   |  380  mots
Vue du port de Sal Rei, la ville principale de l'île de Boa Vista au Cap-Vert.
Vue du port de Sal Rei, la ville principale de l'île de Boa Vista au Cap-Vert. (Crédits : Reuters)
Les autorités gouvernementales capverdiennes en conseil des ministres, ont adopté ce jeudi 19 octobre 2017 le projet du budget de 2018. Celui-ci s'élève à 550 millions d'euros avec une prévision de croissance économique de 5,5%. Le budget 2018 est en hausse de près de 42 millions d'euros par rapport au budget de l'année en cours.

Le budget 2018 du Cap-Vert est désormais connu. Adopté en Conseil des ministres ce jeudi 19 octobre 2017, il s'élève à 550 millions d'euros et présente une augmentation de 42 millions d'euros par rapport à celui de cette année 2017. Le projet de budget a été présenté ce vendredi 20 octobre 2017 au Parlement, par le ministre des Finances, Olavo Correia. D'après le compte rendu du conseil des ministres, ce budget prévoit une réduction de 1% de l'impôt sur le revenu pour les revenus jusqu'à 725 euros, le maintien de la dette publique à 132% du produit intérieur brut (PIB) et un déficit de 3,1%. Des sources gouvernementales expliquent que la réduction de la pression fiscale est ''l'une des grandes mesures du budget'' et qu'elle concerne 80% des contribuables individuels.

En effet, il s'agit d'un défi pour les autorités du pays. Conforté à la tête du pays il y a un peu plus d'un an le président Jorge Carlos Fonseca s'est fixé pour pari, de travailler à la réduction considérable des dépenses de l'Etat et une meilleure gestion des compagnies publiques tout en soutenant davantage le secteur privé. Un soutien qui passe forcément par la réduction de la pression fiscale.

Une prévision de 5,5% de croissance économique

Le projet de budget 2018 de l'Etat capverdien présenté aux parlementaires du pays ce vendredi a prévu une croissance économique de 5,5%. Un chiffre un peu plus élevé que les 4% prévus pour l'année en cours. Le Cap-Vert compte sur une performance des secteurs publics, fiscaux, agricoles et du logement, lesquels selon un rapport de la Banque centrale du pays sur la politique monétaire, sont très dynamiques. A en croire la Banco de Cabo Verde (BCV, Banque centrale du pays), le financement du secteur privé, le rétablissement de la confiance des acteurs économiques et le faible niveau d'inflation, 1,3% (moyenne annuelle) expliquent aussi la bonne santé de l'épargne du pays.

Il faut noter aussi un fort appui extérieur non négligeable dans la santé économique de l'archipel ouest-africain. Les investissements directs étrangers (IDE), représentent un peu plus de 3% du PIB du pays alors que les transferts de la diaspora capverdienne en représentent 11%. Quant à l'aide au développement, elle représente 13% du PIB.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :