Nigeria : les réserves de change retrouvent des couleurs

Les réserves extérieures du Nigeria confirment leur tendance à la hausse, quelques mois après avoir fondu de quelques milliards. Au 15 février dernier, elles se sont élevées à 29 milliards de dollars, leur plus haut niveau depuis presque 19 mois. Un bon signe pour le pays qui s’apprête à lever 1 milliards de dollars en mars prochain, et une petite éclaircie pour l’économie du pays qui peine à sortir d’une conjoncture difficile largement induite par le ralentissement de l’industrie pétrolifère.

3 mn

Godwin Emefiele, le gouverneur de la Banque centrale du Nigeria (CBN)
Godwin Emefiele, le gouverneur de la Banque centrale du Nigeria (CBN) (Crédits : DR)

C'est une petite éclaircie mais qui a vaut tout son pesant dans la conjoncture économique difficile que traverse depuis presque deux années, l'économie nigériane. Selon la Banque centrale du Nigéria (CBN), les réserves en devises étrangères se sont élevées à 29 milliards de dollars à la date du 15 février 2017 soit leur niveau le plus haut depuis 19 mois. Dans un communiqué publié vendredi dernier, la banque explique que cette hausse conforte la remontée du stock en réserve de change amorcée depuis la fin de 2016 et qui s'est poursuivie depuis le début de l'année avec une hausse de 8,9 % enregistrée depuis janvier.

Toujours selon la CBN, cette remontée progressive des réserves de change est particulièrement due à l'augmentation des prix du pétrole sur les marchés internationaux depuis la dernière réunion de l'OPEP de vienne, à laquelle s'est également conjuguée une amélioration de la production avec l'accalmie constatée ces derniers mois sur les installations visées par les attaques récurrentes des rebelles du Delta. La conjugaison de ces deux facteurs a permis d'enregistrer une hausse de 82% du stock des réserves en devises étrangères.

 Remontée progressive

Cette dynamique conforte donc la stratégie de la BCN de renflouer les réserves de change du pays et ainsi contribuer au plan de relance économique engagée par les autorités fédérales pour la période 2017-2020. Le 19 octobre dernier, les réserves ont dégringolé à 23,9 milliards de dollars avant que la tendance s'inverse et que le stock remonte à 28,9 milliards de dollars à la date du 24 janvier dernier.

De l'avis de plusieurs analystes, les réserves extérieures du Nigéria pourraient même franchir les 30 milliards de dollars d'ici mars 2017. Un stock certes loin des niveaux de mai 2013 où il a atteint 48,9 milliards à l'époque où le baril s'échangeait à plus 100 dollars le baril et surtout loin des 64 milliards de dollars, le pic atteint en 2008 avant le début de la crise financière et économique mondiale.

Il y a quelques semaines, Razia Khan, directrice générale à Standard Chartered Bank, confiait a Reuters que « les raisons de la croissance enregistrée n'est pas encore clairement définie même si les données publiées par la banque centrale du pays montrent des entrées considérables de recettes non pétrolières en décembre 2016 ». D'après cette analyste qui est également l'économiste en chef Afrique de Standard Chartered, « au regard des discussions menées avec les militants du Delta du Niger, combinées à la hausse de la production et des prix du pétrole, il n'y a aucune raison pour que les réserves de change n'atteignent pas 30 milliards de dollars ».

Signal positif aux marchés financiers

Les prévisions sont en train de se confirmer, ce qui constitue un bon signal pour le pays qui se prépare à l'émission d'un eurobond de 1 milliards de dollars annoncée pour le mois de mars. En plus de restaurer la confiance des marchés financiers internationaux, cette embellie permettra au gouvernement fédéral de disposer d'un peu plus de marge de manœuvre dans le cadre de la mise en œuvre de son plan de relance économique.

Vendredi dernier, la CBN a d'ailleurs indiqué avoir décaissé, entre décembre et janvier, quelques 2,83 milliards de dollars pour venir au secours de certains secteurs prioritaires mais en difficultés de l'économie nigériane, afin notamment d'atténuer la pénurie de devises étrangères qui les affecte.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.