Le développement rural en Afrique par l’innovation, au cœur de l’Anzisha Forum 2017

 |   |  369  mots
(Crédits : X-Afrique)
Après une première édition sur l’entrepreneuriat africain en 2016, l’Anzisha Forum revient pour traiter la question du développement rural en Afrique par l’innovation le 25 février prochain dans les locaux de l’Ecole polytechnique de Paris. Une occasion de mettre l’accent sur les zones rurales, « incontournables » quand il s’agit de développement du continent selon les organisateurs.

« L'innovation au service du développement rural en Afrique ». C'est le thème central de l'Anzisha Forum 2017 qui se tiendra le samedi 25 février 2017 dans la Grand Hall de l'Ecole Polytechnique de Paris. Lancé en 2016 par l'X-Afrique, une association d'étudiants de l'Ecole Polytechnique passionnés d'Afrique, l'événement qui est à sa deuxième édition entend accueillir cette année plus de 400 participants (investisseurs, partenaires économiques, chercheurs, personnalités politiques et think tanks) ainsi qu'une vingtaine de startups.

L'événement est organisé autour de plusieurs conférences et ateliers durant lesquels il sera question d'aborder notamment les outils technologiques qui permettront aux entrepreneurs et investisseurs en Afrique de participer au développement économique des toutes les populations mises en places par les gouvernements. Egalement au cœur des discussions, le désenclavement des territoires les plus reculés au moyen de technologies les plus avancées.

« Quand il s'agit de développement en Afrique, on parle beaucoup des startups, on parle d'innovation. Mais que cela reste encore un peu réduit aux villes. Toutes les startups sont en ville. Or, l'innovation peut avoir un plus gros impact s'il entraine également les villages. Nous nous sommes dits que cela va être vraiment enrichissant pour l'Afrique si les startups couvraient également les villages. Une grosse partie des populations sont rurales. On ne peut pas faire un développement par l'innovation sans passer par les villages. Il y a vraiment besoin de se focaliser sur ces zones », explique à La Tribune Afrique Fatou Diop, étudiante en Master à l'Ecole Polytechnique de Paris et en charge de la communication au sein de l'X-Afrique.

Personnellement porteuse d'un projet innovant dont elle ne veut pas pour l'instant en dévoiler les ficelles, cette jeune femme entend à long terme « rentrer en Afrique pour construire quelque chose » après ses études. Comme elle, de nombreux autres jeunes étudiants de l'Ecole Polytechnique de Paris et portent des projets qu'ils préparent au cours de leurs cursus et les différentes rencontres organisés par l'association, qui leur offre une plateforme pour affiner leurs idées.

Avec l'Anzisha Forum, X-Afrique entend promouvoir et faire rayonner l'Afrique « sur notre campus et au-delà » et se veut promoteur d'« un Afro-optimisme engagé ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/02/2018 à 18:57 :
je suis entrain de m'engager dans le domaine de développement plus du monde rural mais je pense que je dois avoir des correspondants pour m'encadrer et je veux rester en contact avec votre site car d'ici là je me battrai de commencer à participer dans vos différents forums pour profiter de votre expérience.
a écrit le 28/02/2017 à 23:38 :
J'ai testé pour vous une technique et un mode opératoire qui permet dans le cadre d'une agriculture familiale durable de sortir de la misère et de la pauvreté en 2 ans. Si on veut que les villages se développent c'est possible et je suis près à venir soutenir mes propos de vives voix. Si en deux ou trois ans les localités avec les quelles nous travaillons sont en autosuffisance et autonomie alimentaire, imaginez ce qui aurait pu être fait depuis l'avènement des pseudo démocraties en Afrique de l'ouest...En fait "ONT" ne veux pas que les villages se développement.
a écrit le 15/02/2017 à 17:06 :
C'est grâce à de telles initiatives que nous allons porter haut l'Afrique, avec le potentiel immense dont elle dispose.
Roland
a écrit le 14/02/2017 à 9:52 :
Mesdames, Messieurs, bonjour.

J’ai l’honneur de porter à votre connaissance les résultats d’une vie de travail dans l’exploitation du vent.
Le dernier prototype fonctionne depuis plus de 33 ans.
Diamètre 8 mètres , 12 Kw Son poids, 2.800 kgs, pylône de 33 mètres compris.
Régulation à pas variable, il n’a jamais était mis à l’arrêt pour cause de vents extrêmes.
Il n’apparaît pas en fin de service.
Des innovations améliorant fiabilité et performances laissent espérer 100 ans d’exploitation.
Des brevets sont en préparation de dépôt. Ils assurerons une garantie d’amortissement des outillages spécifiques.
L’approche que j’ai faite est une exclusivité mondiale.
Cet aérogénérateur est fiable en charge ou à vide.
Il se gère de manière totalement automatique et autonome, hors de toutes dépendances extérieures.
Sans auxiliaire aval, ou en panne, il est apte à une utilisation direct, pompage, éclairage, etc..
De ce fait, il apparait dans ce modèle particulièrement adapté aux sites isolés, aux pays en voie de développement.
Il peut être développé en ces pays.
Notre technologie apparaît transposable à de grandes réalisations.
. Sans finances, âgé de 82 ans je souhaite trouver un industriel pour construire et commercialiser.
Fort de cette réalisation, j’apporterai le concours de mon expérience.
A votre disposition pour tous renseignements complémentaires et visite.

Sincères salutations

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :