Luke Bradley-Jones, un fin marketeur pour déployer en Afrique le nouveau service de streaming de Disney

 |   |  439  mots
Luke Bradley-Jones est le nouveau directeur général de Disney+ Europe et Afrique.
Luke Bradley-Jones est le nouveau directeur général de Disney+ Europe et Afrique. (Crédits : DR)
Même si Disney reste encore ultra discret sur ses projets de développement en Afrique, le géant américain du divertissement vient de démontrer à quel point ce marché l’intéresse. La firme vient en effet de nommer Luke Bradley-Jones, un expert britannique du marketing stratégique, en qualité de directeur général Europe et Afrique de Disney+, le nouveau service de streaming du groupe.

Comme l'écrasante majorité des grandes entreprises à travers le monde, The Walt Disney Company regarde aussi au marché africain. Le géant américain du divertissement vient de nommer le Britannique Luke Bradley-Jones au poste directeur général de Disney+, le nouveau service de streaming du groupe.

Présenté comme un maillon clé de la nouvelle stratégie de The Walt Disney Company sur le marché mondial du streaming, Disney+ sera officiellement lancé aux Etats-Unis et au Canada le 12 novembre prochain. Ce service qui proposera des films et des émissions sans publicité de marques, notamment ceux sortis par The Walt Disney Studios à partir de 2019, sera totalement déployé dans le reste du monde d'ici fin 2021. C'est ce qui explique d'ailleurs la prise de fonction de Bradley-Jones à la tête de Disney+ Europe et Afrique à compter de début 2020, tel qu'annoncé par la firme. Ce qui lui laisse quatre mois au moins pour correctement s'imprégner de l'ambition nourrie par Disney sur le Continent.

Pour l'implémentation de Disney+ en Afrique, Bradley-Jones a été spécialement débauché de chez Sky, le géant britannique de la télévision par satellite du milliardaire Rupert Murdoch. Expert en marketing stratégique, il ramène avec lui une quinzaine d'années d'expérience dans l'univers du streaming et de la vidéo à la demande en ligne, notamment chez BBC Studios. Chez Sky, il a dirigé le lancement de plusieurs services à la demande. Ses fonctions managériales l'ont emmené à travailler en partenariat avec plusieurs géants du numérique tels que Apple, Netlflix ou Xbox.

Il arrive sur un marché en effervescence

En Afrique, le marché du streaming connaît une certaine ébullition ces deux dernières années, particulièrement dans le domaine de la musique. C'est d'ailleurs ce qui a poussé le géant suédois de streaming musical Spotify à s'installer sur le Continent et plus récemment Netlflix qui a investi pour un contenu africain. Disney+ produira-t-il aussi du contenu adapté ? Difficile à dire pour l'instant. Mais cette arrivée du géant américain du divertissement témoigne une fois de plus de l'aspect stratégique de l'Afrique pour les grands groupes mondiaux, tous domaines d'activités confondus.

Depuis son bureau à Londres Luke Bradley-Jones -qui officiera également en tant que vice-président de Direct-to-Consumer (D2C), l'une des divisions du groupe rassemblant les activités liées à la vidéo à la demande- devra pousser les pions du nouveau streaming de The Walt Disney Company, dont les premiers marchés bénéficiaires pourraient bien être ceux de l'Afrique du Sud et de l'Afrique du Nord, l'Egypte en l'occurrence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :