Oragroup : la Malienne Binta Touré Ndoye cède son fauteuil au Camerounais Ferdinand Ngon Kemoum

 |   |  516  mots
(Crédits : DR/LTA)
Vincent Le Guennou, Président du Conseil d’administration d’Oragroup a profité de la présentation ce vendredi 17 mai des résultats 2018 du groupe bancaire pour annoncer le départ de la Malienne Binta Touré Ndoye de la direction général dès le 1er juin prochain et l’arrivée, à ce poste du Camerounais Ferdinand Ngon Kemoum.

Chez Oragroup, il faut désormais demander Ferdinand Ngon Kemoum. Nouveau Directeur général du groupe bancaire panafricain à compter du 1er juin prochain, il remplace l'influente Binta Touré Ndoye qui assurait la fonction depuis juillet 2016. Vincent Le Guennou, Président du Conseil d'administration d'Oragroup et Co-CEO d'Emerging Capital Partners (actionnaire majoritaire du groupe bancaire) en a fait l'annonce ce vendredi 17 mai, en marge de la présentation des résultats annuels 2018.

Un serial financer désormais aux commandes

Jusque-là directeur général de Emerging Capital Partners (ECP) et à la tête du bureau de Douala, Ferdinand Kemoum Ngon est un financier camerounais, riche d'une trentaine d'année d'expérience, démarrée dans la place parisienne et construite au sein de banques internationales, notamment en Afrique du Sud et au Rwanda. Avant de rejoindre ECP, il était directeur général Framlington Asset Management Central Africa, une filiale du groupe HSBC, où il a notamment lancé le Central Africa Growth Fund, un fonds dédié aux PME de la sous-région et appuyé par des agences de développement. Il est administrateur d'Oragroup depuis avril 2018, PCA de la filiale tchadienne et siège au sein de plusieurs conseil d'administration à travers le Continent.

Des indicateurs au vert

Sur le départ, Binta Touré Ndoye estime avoir « le sentiment du devoir accompli », surtout dans un contexte où Oragroup -qui fêtait ses dix ans l'an dernier- affiche des indicateurs au vert au terme de l'exercice 2018 : un PNB et un résultat net respectivement en hausse de 17% et 36% à 221 millions de dollars et 51,9 millions de dollars ou un total de bilan qui s'est accru de 21% à 3,7 milliards de dollars, quand les dépôts de la clientèle du réseau et les opérations de crédits sont respectivement en hausse de 24% et 16% à 1 462 milliards de francs CFA et 1 255 milliards de francs CFA.

« Ces résultats en forte croissance confortent notre stratégie de développement articulée autour de la transformation du groupe, le déploiement de la marque Orabank, la consolidation de nos activités et l'optimisation de notre réseau pour dégager de la performance au service de notre clientèle et créer de la valeur sur nos marchés. [...] Je suis fière de cette trajectoire et de ces performances accomplies par l'ensemble des collaborateurs », a-t-elle commenté.

L'une de ses plus belles réussites à la tête d'Oragroup restera certainement l'IPO sur la BVRM en avril du groupe bancaire basé à Lomé, laquelle est à ce jour la plus importante introduction en bourse connue par cette place boursière, avec 86 millions d'euros levés.

« Meilleure banque régionale en Afrique de l'Ouest » en 2015 et 2017 selon African Banker Awards, Oragroup a vu ses filiales du Togo, du Sénégal et du Burkina Faso décrocher le prix de la meilleure banque dans chacun de ces pays par le magazine The Banker en novembre dernier. Désormais à la tête du groupe, Ferdinand Kemoum Ngon devra perpétuer, voir améliorer la santé financière du groupe bancaire et porter au plus haut niveau ses ambitions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :