Algérie : Issad Rebrab ne pourra espérer la liberté avant juin prochain

 |   |  336  mots
(Crédits : DR)
Contraint à encaisser, dimanche 5 mai, le rejet par la justice de sa demande de mise en liberté, Issad Rebrab devra rester en détention provisoire. Il ne pourra reformuler sa requête que dans un mois.

Pas de liberté pour Issad Rebrab placé en détention provisoire depuis deux semaines. La cour d'appel du tribunal d'Alger a en effet rejeté, dimanche 5 mai, la demande de remise en liberté formulée par ses avocats. S'il le souhaite, il ne pourra en émettre une nouvelle requête qu'en juin prochain. «Nous connaîtrons les motivations du rejet lorsque la décision sera prête. Nous n'avons pas le droit d'introduire un pourvoi en cassation contre cette décision, mais dans un mois nous pouvons introduire une nouvelle demande», a déclaré à TSA l'un de ses avocats, Miloud Brahimi.

Son arrestation le 23 avril dernier a raisonné comme un coup de tonnerre. Placé sous mandat de dépôt dans le cadre d'une enquête anti-corruption, le tycoon algérien est soupçonné de « fausse déclaration concernant le mouvement de capitaux de et vers l'étranger, surfacturation, importation de matériel usagé en dépit de l'octroi d'avantages bancaires, fiscaux et douaniers ».

En l'absence du patron, le groupe Cevital poursuit ses activités. Le premier employeur d'Algérie vient de lancer une campagne de recrutement visant à étoffer ses effectifs en Algérie et en France où le groupe détient notamment le fabricant français de menuiseries PVC Oxxo et le fabricant de l'électroménager Brandt.

En attendant, la «foudre» fait de nouvelles «victimes»

Comme Issad Rebrab, plusieurs hommes d'affaires algériens sont actuellement pris dans les maillons de la justice. Ali Haddad, l'ex-patron du Forum des chefs d'entreprises (FCE) et premier businessman arrêté dans l'Algérie post-Bouteflika devrait voir son procès débuter le 20 mai prochain. Pour l'instant, rien ne filtre quant au sort des frères Kouninef également arrêtés le 24 avril dernier.

En attendant, la traque suit son cours à Alger. Ce mardi 7 mai, c'est Hamid Melzi, limogé le 24 avril dernier de la direction du Club des pins qui a été placé sous mandat de dépôt. Il est poursuivi pour «espionnage économique et menaces à l'économie nationale».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2019 à 22:23 :
Il va de soi que A. GAÏD S ALAH qui avait déjà été signalé comme ayant la volonté de prendre le pouvoir lorsque Bouteflika était encore président en titre en son 4ème mandat. Ses tergiversations actuelles et l'ensemble de ses comportements rendus publics traduisent sans nul doute une irresistible envie de faire comme AL SISSI , soit prendre le pouvoir. Un mystère concerne son attachement à la date du 4 juillet comme date d'élection présidentielle.Quel type de coup d'Etat prépare t-il?
a écrit le 09/05/2019 à 12:37 :
Tout ça n est rien à côté de 2300 milliards d'euros de dettes.
Inquiétez vous pour Macron , quand il partira la dette publique aura atteint 3500 milliards d'euros.
a écrit le 08/05/2019 à 17:40 :
Français mais ayant des racines algériennes ( donc également algérien), je pose la question : qu' en est il , de cet obscur fonctionnaire qui a bloqué depuis 3 ans le matériel nécessaire à la création de 100000 emploi dans l usine de CEVITALde BOUIRA? A Mr Rebrab ": el Habs li rgels" disait ma mère et ma Grand mère ( Allah ye rahma) .Courage .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :