Ilham Kadri, première Africaine à la tête du leader mondial de chimie Solvay

 |   |  630  mots
Actuellement PDG de Diversey, Ilham Kadri rejoindra Solvay le 1er janvier 2019.
Actuellement PDG de Diversey, Ilham Kadri rejoindra Solvay le 1er janvier 2019. (Crédits : Solvay)
Solvay, leader mondial en chimie, nomme Ilham Kadri présidente du comité exécutif et directrice générale du groupe. D’origine marocaine, ce docteur en physico-chimie macromoléculaire riche d’une vingtaine d’années d’expérience au sein d’importantes multinationales -et actuellement PDG du spécialiste américain des technologies et des services d’hygiène Diversey- rejoindra effectivement le groupe chimique belge le 1er janvier 2019.

«Au début de l'année prochaine, je travaillerai aux côtés des équipes de Solvay pour accélérer la création de valeur basée sur l'innovation, la collaboration, une culture centrée sur le client et un objectif clair. Ces principes fondamentaux guideront mes actions chez Solvay». C'est en ces mots qu'Ilham Kadri s'est exprimée suite à sa nomination.

A 49 ans, Ilham Kadri rejoindra Solvay le 1er janvier 2019 pour en prendre la présidence du comité exécutif et la direction générale à compter du 1er mars, annonce le groupe belge dans un communiqué rendu public ce mardi 9 octobre.

«Le conseil d'administration de Solvay a approuvé à l'unanimité la nomination d'Ilham Kadri à la tête du groupe Solvay», a déclaré Nicolas Boël, président du conseil d'administration de Solvay.

Une «manager-chimiste» globe-trotteuse

Elle est actuellement PDG du spécialiste américain des technologies et des services d'hygiènes Diversey. Un poste qu'elle occupe depuis 2013 où elle a été retenue pour élaborer et accompagner la stratégie de redressement, de scission et de désinvestissement de la firme. Une mission qu'elle mène avec brio depuis cinq ans.

En arrivant à ce poste, cette Marocaine, élevée à Casablanca, apportait avec elle une riche expérience bâtit dans les quatre coins du monde. Déjà, celle qui a fait de l'éducation sa «troisième voie» -suivant le conseil de sa grand-mère qui lui répétait régulièrement un proverbe arabe qui veut que les femmes n'aient que deux issues dans la vie : la maison de leur mari ou la tombe- est ingénieure en chimie des polymères et des matériaux et docteur en physico-chimie macromoléculaire de l'Ecole des Hauts Polymères de Strasbourg. Elle justifie, en effet, d'une vingtaine d'années au sein d'importantes multinationales telles le pétrolier anglo-néerlandais Royal Dutch Shell, le pétrochimiste américain LyondellBasell, le bio-pharmaceutique belge UCB, les chimistes américains Huntsman Corporation, Rohm and Haas et Dow Chemical Compagny. Au cours de ces expériences, elle a participé à des inventions/créations, et travaillé dans quatre continents, chapeautant souvent des régions.

 «Le leader dont le groupe a besoin»

A la tête de Solvay, elle remplace ainsi le Français Jean-Pierre Clamadieu, nommé en mai président du conseil d'administration d'Engie. Depuis plusieurs mois, Solvay était activement à la recherche de son successeur et selon la presse internationale, le géant chimique belge peinait à trouver un profil qui sied à ses ambitions. Finalement, celui d'Ilham Kadri s'est avéré être le meilleur.

«Sa connaissance des marchés stratégiques, son esprit résolument tourné vers le client et sa capacité à construire une vision galvanisante en font le leader dont le groupe a besoin pour accélérer transformation culturelle et libérer son potentiel de croissance. Elle peut compter sur une équipe de direction solide et expérimentée pour mener à bien cette mission», a déclaré Nicolas Boël.

Mesurant la confiance qui lui est faite, Ilham Kadri se dit « impatiente » de rejoindre Solvay dont elle aura désormais la responsabilité de la stratégie de transformation.

Au sein du monde des affaires en général et celui de la chimie en particulier, Ilham Kadri est très respectée. D'ailleurs depuis l'annonce de sa nomination, les réactions se bousculent sur les réseaux sociaux. Le fait qu'elle soit une femme qui plus est d'origine africaine enthousiasme tout autant.

Sa nomination qui intervient après celle l'ex-ministre nigériane des Finances, Ngozi Okonjo-Iweala, au conseil d'administration de Twitter ou encore de celle du Kényan Peter Ndegwa à la tête de Diageo Europe, vient faire monter en flèche le nombre d'Africains dans les postes d'influence à travers le monde.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/10/2018 à 10:26 :
Bon vent aux africains qui s'engagent dans la responsabilité mondiale, surtout aux femmes souvent qualifiées de gardiennes des foyers par ceux qui exploitent la situation à des fins mesquines

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :