Télécoms : Elisabeth Medou Badang quitte la tête d’Orange Cameroun

 |   |  375  mots
En fonction depuis décembre 2013, Medou-Badang était l'une des rares femmes à diriger les activités d'une filiale africaine du groupe français.
En fonction depuis décembre 2013, Medou-Badang était l'une des rares femmes à diriger les activités d'une filiale africaine du groupe français. (Crédits : DR)
Après quatre ans aux commandes de la filiale d’Orange au Cameroun, Elisabeth Medou Badang se tourne vers de nouveaux horizons.

Elisabeth Medou-Badang quitte la direction générale d'Orange Cameroun, a-t-elle annoncé sur Twitter.

En fonction depuis décembre 2013, Medou-Badang est l'une des rares femmes -la deuxième aux côtés de la française Corinne Lozé aux commandes d'Orange Centrafrique- à diriger les activités d'une filiale africaine du groupe français. Elle quitte cette fonction au moment où la filiale camerounaise essuie de nombreuses critiques pour la qualité de réseau. Un aspect de son mandat qu'elle n'a pas élucidé dans ses déclarations sur Twitter:

« Durant ces quatre dernières années et quelques mois, le dévouement et la confiance de mon comité de direction et de tout le personnel ont été mon plus grand atout. Merci pour votre mobilisation et votre efficacité dans les temps difficiles, comme dans les temps ordinaires. »

Mais contrairement à la rumeur d'une démission qui a dominé dans les milieux d'affaires de Yaoundé et Douala ces derniers jours, Medou-Badang serait tout simplement arrivée au terme de son « contrat non renouvelable » selon les confidences à la presse locales de proches collaborateurs de la directrice sortante. D'ailleurs celle-ci a personnellement fait savoir qu'elle poursuivrait sa carrière au sein du Groupe, probablement pour un nouveau poste au sein du top management en France ou ailleurs.

Pour l'instant, le groupe Orange n'a pas encore annoncé ce changement au niveau de son management. Mais dès à présent, la question se pose déjà quant au successeur d'Elisabeth Medou-Badang. Ce dernier devra gérer plusieurs dossiers importants dont celui de la récente faille technique qui a permis à ses utilisateurs de recharger gratuitement leurs forfaits internet. La faille a coûté près de 2 millions de dollars à Orange Cameroun qui entend porter l'affaire en justice.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :