Qui est Najwa El Iraki, l’aile d’Opportunity Network en Afrique ?

 |  | 1275 mots
Lecture 6 min.
(Crédits : DR.)
Le matchmaking des états-majors en Afrique a un nouveau visage : Najwa El Iraki. A la tête de la toute jeune filiale marocaine d’Opportunity Network, une plateforme mondiale de mise en relation des PDG pour le développement de leurs affaires, c’est elle qui conduira l’expansion de la firme new-yorkaise à travers le continent à partir de son bureau casablancais. Mais qui est ce manager dont le parcours s’est avéré «parfait» pour le développement de telles ambitions ?

Deux mois à peine après sa prise de fonction, Najwa El Iraki a déjà pris la température de l'importante tâche qui lui été confiée en qualité de directrice générale d'Opportunity Network (ON) Maroc. Et pour elle, ce qui peut être perçu comme une mission complexe et délicate est plutôt «une partie de plaisir». «Opportunity Network est aujourd'hui une véritable ''success story'' et je voulais y contribuer, à la fois pour y apporter mon expertise, mais aussi parce que le côté entrepreneurial, start-up me séduit aujourd'hui, moi qui ai passé toute ma carrière soit dans des multinationales ou des structures institutionnelles», confie-t-elle dans un entretien avec La Tribune Afrique quand on lui demande pourquoi elle a accepté ce poste.

Une financière pointue dans un «big project»

Fondée à New York par l'entrepreneur d'origine italienne Brian Pallas en 2014, alors que celui-ci préparait son MBA sur les bancs de l'Université de Columbia (un autre Marc Zuckerbverg !), la fintech anglo-américaine ON -plateforme de matchmaking pour dirigeants et décideurs qui aide les entreprises à grandir et à réussir en trouvant des partenaires commerciaux dignes de confiance à travers le monde- est devenue une référence en la matière. En trois ans, la jeune firme s'est bâti une réputation qui lui vaut la confiance d'une quinzaine de milliers de membres dans 128 pays à travers la planète. L'entreprise est aujourd'hui évaluée à 180 millions de dollars et la plateforme a déjà généré 38 milliards de deals entre PDG. Après avoir conquis l'Occident, la fintech new-yorkaise jette désormais son dévolu sur le marché africain et choisit le Maroc comme base.

«Le marché marocain et plus largement africain est important pour le développement d'Opportunity Network. En effet, beaucoup d'entreprises européennes et américaines sur la plateforme aujourd'hui recherchent des opportunités d'investissement dans une Afrique en pleine croissance. Plus de 7% des opportunités qui y sont postées aujourd'hui sont orientées vers ce continent », commente El Iraki qui aura désormais la responsabilité d'une bonne partie de ces dossiers.

Titulaire d'un master en Finance de l'Aston Business School, Najwa El Iraki est expert-comptable agréé au Royaume-Uni, membre de l'institut mondial professionnel ICAS, et titulaire d'un certificat d'un programme de leadership d'Harvard Business School. La jeune manager est également membre de plusieurs organisations, dont l'Africa Expert Network et l'association marocaine des métiers de la finance et de la gestion (AMMFG). Elle préside en outre CasaExpats -un réseau social et professionnel pour expatriés et dirigeants anglophones à Casablanca- qu'elle a co-fondé.

De la City aux intérêts africains

Sa carrière, Najwa El Iraki l'a débutée en 2003 à la City de Londres chez le cabinet international d'audit KPMG en tant que Senior Consultant au sein du service des Finances. Trois ans plus tard, elle se retrouve chez Lehman Brothers, puis Nomura London avant que les portes de Mazars UK ne lui soient ouvertes. En 2010, elle est appelée dans son Maroc natal lors de la création de Casablanca Finance City Authority -organisme public privé visant à positionner Casablanca en tant que centre financier panafricain- pour en prendre les rênes de la direction du développement.

En février 2017 abouti un projet porté pendant plusieurs années : la création de son propre cabinet de consulting et de business développement, AfricaDev Consulting, visant à accompagner les entreprises internationales dans leur développement au Maroc et sur le reste de l'Afrique francophone. Trois mois plus tard, elle se voit confier ON Maroc. Pour elle, les missions de deux entités vont de pair.

«Mes différents projets aujourd'hui sont en fait en synergie. J'ai créé AfricaDev Consulting pour conseiller et accompagner les investisseurs et entreprises internationales dans leur installation au Maroc et/ou développement en Afrique et la position qui m'a été offerte par Opportunity Network s'inscrit dans ce cadre. De plus j'ai la chance de travailler avec différents partenaires de qualité aussi bien au Maroc qu'en Afrique selon les problématiques traitées et les missions qui me sont confiées (business développement, conseil financier ou stratégie consulting)», explique-t-elle, reconnaissant toutefois que Opportunity Network porte une touche particulière par rapport à son projet personnel.

«Il s'agit là pour moi d'un nouveau challenge dans un domaine en pleine effervescence en Afrique : le digital. L'Afrique serait le futur Eldorado numérique, innovant dorénavant à grande vitesse avec des solutions du quotidien totalement révolutionnaires !»

Porter ON sur le podium du business matchmaking

Ayant pour vocation de soutenir la croissance des activités industrielles et commerciales des PME et grandes entreprises, ON au Maroc et en Afrique francophone -comme elle le fait déjà dans ses implantations pour l'Afrique anglophone au Nigéria et en Afrique du Sud- compte travailler dans un premier temps avec les bourses de valeurs, assureurs, organismes publiques, agences du numérique et coopératives notamment. Pour mener à bien sa mission globale, la fintech new-yorkaise s'appuie sur des partenariats «de confiance» avec notamment London Stock Exchange, Caixa Bank (Espagne), Intesa Sanpaolo (Italie), Citizens Bank (Etats-Unis), ou encore YPO (le plus grand réseau de PDG au Monde).

Au niveau local en pratique, Opportunity Network entend aider, dans un premier temps, les banques marocaines et africaines à tirer parti de la technologie financière pour offrir plus de valeur et créer une meilleure expérience pour leurs clients d'entreprise à la recherche de partenaires fiables afin d'accroître et augmenter leur part de marché sur le plan national et international, tout en économisant du temps, de l'argent et des efforts.

«En Afrique particulièrement, les différents marchés sont fragmentés et pas toujours évidents à approcher. Donc mettre en relation l'offre et la demande via une plateforme digitale est une solution très attractive. [... ] Le but étant d'augmenter le nombre de membres africains sur la plateforme. A terme, Opportunity Network veut se positionner comme le leader digital du business matchmaking sur le continent africain», explique El Iraki.

Savoir-faire, passion, persévérance, ses armes

Actuellement, les premiers pas de la firme au niveau local se font en douceur et l'idée séduit de plus en plus les patrons. ON entend saisir l'opportunité que représente la tendance croissante ces dernières années des partenariats entre banques et Fintech à laquelle le continent n'échappe pas.

Pour cette femme à l'agenda bien fourni et dont l'expertise a su convaincre l'équipe de Brian Pallas, deux mots d'ordre précèdent toujours ses succès : «passion et persévérance». «Au-delà d'un savoir-faire issu de l'expérience, c'est dans cet état d'esprit que j'entreprends tout ce que je fais, que ça soit pour mes clients ou les associations dont je fais partie ou même encore pour CasaExpats que je préside». Et elle appliquera la même recette cette fois. Sa méthode au quotidien : la célèbre loi de Pareto. «Je priorise toujours les 20% des choses qui me passionnent le plus et que j'estime vont amener le plus de résultats». La culture de résultats, elle en a fait sienne. Son leitmotiv : prendre du plaisir dans sa relation aux autres et rester dans une dynamique de projet. «Ceci crée en moi une énergie qui me pousse à toujours aller plus loin vers de nouveaux défis», confie-t-elle. D'ailleurs de nouveaux défis, au-delà de son cahier des charges chez Opportunity Network et son propre cabinet AfricaDev Consulting, El Iraki en a. D'autres projets, actuellement concoctés à froid, devraient être lancés dès la rentrée. «Et je m'en impatiente !».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :