Jules-Armand Aniambossou, d'ambassadeur du Bénin en France à DG Afrique du Groupe Duval

Il s’appelle Jules-Armand Aniambossou. Il occupait jusqu’à récemment le poste d’Ambassadeur du Bénin en France et s’est retrouvé, juste au lendemain de la fin de sa mission, « Monsieur Afrique » du groupe français Duval, investi dans l’immobilier, l’exploitation (tourisme et sport), la fintech et le trading à l’international.
Ristel Tchounand

3 mn

(Crédits : Groupe Duval)

Dans l'équipe dirigeante du groupe Duval apparait depuis le 9 février dernier un visage que l'on remarque tout de suite, celui de Jules-Armand Aniambossou. Et pour cause, il est le nouveau directeur général Afrique et Outre-Mer de groupe français investi dans l'immobilier, l'exploitation, la fintech et le trading à l'international qui emploie 2000 collaborateurs, pour un chiffre d'affaires de 700 millions d'euros.

« Je suis très heureux d'accueillir Jules-Armand Aniambossou à mes côtés pour assurer le développement de notre Groupe familial en Afrique et dans les territoires d'Outre-Mer. Son expérience professionnelle sera un atout important pour structurer notre croissance rapide. Je place en lui toute ma confiance pour mettre en œuvre avec succès les ambitions stratégiques de croissance du Groupe Duval », déclare Eric Duval, fondateur et président du groupe, dans un communiqué.

Mais cet homme de 54 ans qui donne l'impression d'être encore plein d'énergie n'a pas quitté un poste d'entreprise, mais de diplomate, pour se retrouver chez Duval. En effet, Jules-Armand Aniambossou était jusqu'à juin 2016 (officiellement) Ambassadeur du Bénin en France, un poste qu'il occupait depuis juillet 2013. C'était à ce moment la fin d'une expérience diplomatique qui n'aura duré que trois ans. Et le diplomate béninois semble alors avoir préféré retourner en entreprise, un monde qu'il connaît bien.

De la fonction publique française à la diplomatie béninoise

Ingénieur de formation et diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure des Mines de Douai en 1989, il débute immédiatement sa carrière chez la multinationale espagnole Altadis. Egalement titulaire de la nationalité française, il rejoint, trois ans plus tard, la Direction régionale de l'industrie, de la recherche et de l'environnement (DRIRE), région CENTRE, ou il restera pendant 7 ans et chapotera plusieurs services au fur-et-à-mesure notamment celui des actions et programmes destinés au développement économique des PMI, ainsi que celui de l'Intelligence économique. En janvier 2000, l'ingénieur rejoint le ministère de l'Industrie en tant que Responsable des aides à l'investissement des PMI.

Deux ans plus tard, l'ingénieur décide de retourner sur les bancs de l'école, cette fois, à l'ENA. Diplômé en 2004, Jules-Armand Aniambossou est affecté à la préfecture du Nord, à Lille, où sa principale mission concerne le droit des étrangers. En 2006, il nommé sous-préfet de la Marne et directeur de cabinet du préfet de la région Champagne-Ardenne (Nord-Est), désormais classé dans la catégorie des hauts fonctionnaires. L'année d'après, il rejoint l'opérateur privé d'électricité Poweo Direct Energie en qualité de secrétaire général. Un poste qu'il occupera jusqu'en 2011. Il écourtera son entrée chez Eole-Res, groupe franco-britannique spécialiste des énergies renouvelables, en fin 2012 lorsque Thomas Yayi Boni, alors président de la République du Bénin, le nomme Ambassadeur en France.

« Nouvelle page »

Dans ses nouvelles fonctions de directeur général Afrique et Outre-Mer du groupe Duval, Jules-Armand Aniambossou a pour mission, aux côtés du fondateur Eric Duval, de piloter le développement de la firme à travers le continent et les territoires français d'Outre-Mer. Une tâche que le nouveau « Monsieur Afrique » du groupe Duval entend accomplir dans un travail d'équipe. « Je suis certain qu'avec les équipes et les partenaires nous saurons écrire une nouvelle page de cette belle histoire en relevant les défis de notre développement », a-t-il confié lors de sa nomination. Une démarche dans laquelle l'ancien ambassadeur du Bénin en France pourrait accorder une place de choix aux projets à développer à Cotonou, la plus grande ville et capitale économique du Bénin.

Ristel Tchounand

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.