Zlecaf : le Sud-africain Wamkele Mene élu secrétaire général

 |   |  373  mots
(Crédits : DR)
En marge du 33e sommet de l’Union africaine (UA) à Addis Abeba, les chefs d’Etat ont désigné ce lundi le secrétaire général de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) dont le siège est établi à Accra. Finaliste aux côtés d’une Nigériane et d’un Congolais, le Sud-africain Wamkele Mene, 40 ans, l’emporte.

A Accra, le bureau du secrétaire général de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) est déjà prêt. Et le fauteuil sera occupé par Wamkele Mene. A 40 ans, ce diplomate commercial sud-africain entre dans l'histoire en devenant le tout premier secrétaire général de la Zlecaf. Les chefs d'Etat du Continent l'ont désigné ce lundi en marge du 33ème sommet de l'Union africaine (UA) qui se tient à Addis Abeba

Sur 120 candidatures initiales, il était resté finaliste avec la Nigériane Cecilia Akintomide et le Congolais de RDC Fautin Luanga. Alors que l'élu était annoncé pour hier, dimanche 9, sa désignation ce lundi témoignage de la délicatesse du dossier. D'autant que les autorités des pays des trois finalistes se voyaient en pole position pour prendre la tête de la Zlecaf. Elu 1er vice-président de l'UA pour 2020 et président pour 2021, le président Félix Tshisékédi se montrait confiant pour la candidature congolaise. Président de l'UA pour 2020, le président Cyril Ramaphosa a visiblement réussi à convaincre ses confrères au sujet de la candidature sud-africaine.

Lire aussi : 2020-2030 : la décennie d'une guerre économique remodelée par les Etats-stratèges africains

Wamkele Mene était le négociateur en chef de l'Afrique du Sud pour la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf). Il a également représenté son pays l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Son élection au secrétariat général de la Zlecaf -dont le siège est établi à Accra- signe également un retour en force de l'Afrique du Sud dans les affaires régionales, le prestige de cette nation d'Afrique australe ayant été quelque peu écornée ces dernières années suite notamment aux frasques de l'ancien président Jacob Zuma.

Le nouveau patron de la Zlecaf va devoir s'attaquer aux urgences de cet agenda, notamment en termes de mise en œuvre effective de l'accord qui est entré en vigueur le 30 mai 2019. Les Etats du Continent continuent de s'aligner au projet. Le Zimbabwe notamment a profité de ce 33e sommet de l'UA pour officiellement adhérer à la Zlecaf.

Lire aussi : Hippolyte Fofack : « La digitalisation pourrait catalyser le processus d'industrialisation de l'Afrique »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :