Gabriel Ntougou, la nouvelle carte d'Ali Bongo pour drainer les investissements au Gabon

 |   |  605  mots
Ex-administrateur de la zone économique spéciale de Nkok et ex-conseiller d'Ali Bongo Ondimba, Gabriel Ntougou est, depuis le 26 février 2019, directeur général de l'Agence de promotion des investissements (ANPI-Gabon).
Ex-administrateur de la zone économique spéciale de Nkok et ex-conseiller d'Ali Bongo Ondimba, Gabriel Ntougou est, depuis le 26 février 2019, directeur général de l'Agence de promotion des investissements (ANPI-Gabon). (Crédits : DR)
Nouveau patron de l’Agence nationale de promotion des investissements (ANPI-Gabon) présentée comme « la porte d’entrée des investisseurs au Gabon », Gabriel Ntougou s’active déjà pour en ramener le maximum et surtout les plus stratégiques. Proche d’Ali Bongo dont il a été l’un des conseillers pendant huit ans, qui est-il ?

A Libreville, Gabriel Ntougou vient de rentrer d'une mission en Europe où -en compagnie notamment de Justin Ndoundangoye, ministre gabonais des Transports et de la Logistique et Alain Bâ Oumar, président de la Confédération patronale gabonaise- il a vanté les opportunités d'investissement dans son pays à des investisseurs potentiels.

C'était l'une de ses plus importantes missions à l'étranger depuis sa prise de fonction officielle le 1er mars, en tant que directeur général de l'Agence de promotion des investissements (ANPI-Gabon).

Lire aussi : ZLECAF : le seuil de 22 ratifications enfin atteint, le marché africain effectif en juillet prochain

Nommé par décret présidentiel à l'issue du conseil des ministres du 26 février dernier, Gabriel Ntougou devra jouer un rôle majeur dans l'implémentation de la stratégie de diversification économique en cours au Gabon dans le cadre du plan stratégique Gabon émergent 2025. Une stratégie pour laquelle la mobilisation effective de l'investissement reste une des clés de réussite.

Des bancs de Chicago au Palais du bord de mer

Et l'investissement et ses contours, Gabriel Ntougou en a une certaine maîtrise dont il a déjà fait montre dans de précédentes missions similaires. Jusqu'à février dernier, il administrait depuis novembre 2016 la Zone économique Spéciale (ZES) de Nkok, située à 27 km de Libreville. En plus de deux ans, il a notamment travaillé à la promotion de cet espace fruit d'un partenariat public-privé entre l'Etat et le géant singapourien Olam.

Diplômé en économie industrielle et stratégie d'entreprise de l'Université de Chicago aux Etats-Unis, il démarre sa carrière dans la même ville, en travaillant dans les fusions-acquisitions. A son retour au Gabon, il passe brièvement chez l'Union gabonaise de Banque, avant de décrocher la responsabilité de la gestion des risques chez la filiale locale de Citigroup en 2006. Deux ans plus tard, PricewaterhouseCooper's le fait chef de mission senior. Ici, il se fera particulièrement remarqué en décrochant la distinction de « Meilleur auditeur d'Afrique francophone ».

Lire aussi : Portrait : Jessica Medza Allogo, ingénieure pétrolière reconvertie à l'agrobusiness

C'est alors qu'en février 2011, le président Ali Bongo Ondimba fait de lui son conseiller en investissements. Ce poste que Gabriel Ntougou occupera pendant plus de huit ans, renforcera son influence notamment dans le monde du business gabonais. Et ses nouvelles fonctions ne l'éloignent aucunement du Palais du bord de mer, puisque l'institution que dirige désormais ce jeune financier de carrière est directement rattachée à la Présidence gabonaise, bien qu'également placée sous tutelle du ministère en charge de la Promotion des Investissements.

Réussira-t-il à créer une "bousculade" d'investisseurs à Libreville?

A l'ANPI-Gabon, la tâche ne lui incombe pas tout seul. Gabriel Ntougou est en effet secondé par Steeves Toussaint Tsounghat. Pour orienter efficacement la stratégie gabonaise d'accueils des investisseurs, le DG se fait conseiller par Steed Rey, un autre proche d'Ali Bongo visiblement tombé en disgrâce, car il était jusque-là chef du service Voyage à la Présidence.

Lire aussi : Banques : qui est François Locoh-Donou, seul Africain Administrateur du géant américain Capital One ?

Le Gabon est en quête d'investissements pour ses projets infra structuraux, industriels, mais aussi énergétiques, puisque le pays prépare la relance de son secteur pétrolier avec notamment la vente aux enchères de 35 blocs pétroliers en juin prochain. Dans un contexte où les investisseurs ne se sont pas particulièrement bousculés aux portes du pays récemment, Gabriel Ntougou et son équipe ont le défi de changer la donne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2019 à 12:18 :
Si il a été choisit par le Président c'est qu'il rempli un certain nombre de critères

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :