Petrolia-Expo 2020 : pour booster l’investissement dans l’exploration pétrolière et gazière au Maroc

 |   |  663  mots
(Crédits : DR)
Un siècle d'exploration pétrolière et gazière infructueuse n'a pas entamé la bonne volonté du Maroc de jouer un rôle important dans le secteur énergétique mondial. Dans le cadre de cette ambition, le Royaume a tenu à Casablanca, du 23 au 25 janvier la première édition du Salon international du pétrole et du gaz.

Le Maroc qui a commencé l'exploration pétrolière et gazière en 1914 tarde à confirmer son statut de pays exportateur, faute de découvertes majeures, en dépit des nombreuses annonces faites par des compagnies pétrolières au cours de ces dernières années. Mais le Royaume qui maintient ses ambitions intactes œuvre pour attirer les investisseurs, développer le secteur, et se positionner en acteur majeur sur l'échiquier mondial. C'est dans cet esprit que la ville de Casablanca a accueilli la première édition de la Conférence et du Salon international du pétrole et du gaz « Petrolia-Expo Morocco 2020 », du 23 au 25 janvier à l'espace d'expositions « Office des foires et expositions de Casablanca ». Placée sous l'égide du Ministère de l'Énergie, des Mines et de l'Environnement et la Fédération marocaines des chambres de commerce, d'industrie et de services du Maroc, la rencontre a été organisée par Brandy Expo en partenariat avec l'Organisation arabe des pays exportateurs de pétrole (l'OAPEC), l'Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE) et le Conseil d'affaires maroco-saoudien.

Lire aussi : Pétrole et gaz offshore sénégalais : failles et innovations d'un plan inédit de gestion environnementale

Dans son allocution, le ministre de l'Energie et des mines, Aziz Rabbah a souligné que « par sa position géographique, ses infrastructures portuaires », son amélioration du climat des affaires, le Maroc est en mesure de jouer un rôle important dans le secteur énergétique mondial. Le pays mise entre autres sur ses bonnes performances en connectivité maritime, saluées par des organismes internationaux comme la CNUCED. Sur le plan portuaire, le ministre a rappelé que le Maroc est bien doté en matière d'infrastructures, avec notamment le nouveau port de Dakhla Atlantique, le port du Nador West Med et celui de Tanger Med. Rabbah a également rappelé l'objectif affiché du Royaume en 2009 de diversifier ses sources d'approvisionnement d'énergie et de porter « la part d'énergies renouvelables de la production électrique de 42 % en 2020 à plus de 50 % à l'horizon 2030 ».

Maintenir la dynamique dans l'exploration pétrolière et gazière

Par ailleurs, le Maroc accorde une grande importance aux projets d'exploration pétrolière. Depuis l'année 2000, le pays a investi plus de 25 milliards de dirhams, soit 2,62 milliards de dollars dans ce domaine. La découverte et l'exploitation d'hydrocarbures au niveau local permettront de réduire le déficit budgétaire, sachant que le pays est importateur de près de 90 % de ses besoins énergétiques. Ainsi, la présente édition « Petrolia-Expo » s'inscrit dans la dynamique qu'a connue le développement de ce secteur au Maroc, en particulier après le lancement de plusieurs projets d'exploration pétrolière et gazière au cours de ces dernières années. L'événement a également permis aux professionnels du secteur de se rencontrer, d'échanger et de nouer des partenariats. Plusieurs grandes entreprises et équipementiers du secteur pétro-gazier y ont exposé leurs produits. Parmi eux Sapem, CAM Pétrole, IDEM Tech, Schaeffer's, Petrotank, Energy Green Solution, Montrel SA, AZAD Environnent. Des entreprises venues présenter « leurs différentes solutions », nous a expliqué Abdalahe Abdelkader, représentant de Montrel pour le Maroc .

Lire aussi : Au Maroc, un secteur de l'énergie dépendant des importations

PETROLIA

Petrolia-Expo 2020, c'est aussi un riche programme fait de conférences et de tables rondes animées par des experts nationaux et internationaux pour débattre notamment de « la vision stratégique pour la promotion du secteur pétrolier et gazier au Maroc » ainsi que « des défis et opportunités pour l'industrie pétrolière et gazière dans les pays arabes et africains ». La rencontre a été notamment marquée par la présence de Khaled Ali Al-Fadhel, ministre koweïtien du Pétrole, de l'électricité et de l'eau, d'Abass Ali Al Naqi, SG de l'Organisation des pays arabes exportateurs de pétrole (OAPEC) et de Rayan Al Sagaf, DG d'AMEER Holding.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :