Télécoms / Maroc  :  qui a mis le gendarme à l'amende  ?

 |   |  558  mots
(Crédits : La Tribune Afrique)
Après le limogeage du régulateur télécoms au Maroc, zoom sur les protagonistes de la bataille menée en coulisses par les opérateurs en place.

Le secteur des télécommunications au Maroc connaît une effervescence depuis plusieurs mois. Et pour cause ! Une formidable « bataille des volontés contradictoires » s'y déroule entre les trois opérateurs en place et leur régulateur, dont le point d'orgue aura vraisemblablement été le limogeage de Azzeddine El Mountassir Billah, DG de l'Agence marocaine de régulation des télécommunications.

Ce dernier présente un profil atypique pour un Haut fonctionnaire. Issu du secteur privé, il a été l'un des pionniers du paiement sur Internet, en tant que co-fondateur de Maroc Telecomerce, la seule institution habilitée à accepter et traiter les paiements sur Internet au Maroc. Après des débuts très difficile, suivis d'un parcours en dents de scie, cette dernière est en cours d'absorption par le Centre Monétique Interbancaire (CMI).

Le limogé Moutassir

Ahizoune, l'inamovible

Face à lui, El Mountassir Billah a eu pendant ces dernières années un adversaire redoutable en la personne de Abdeslam Ahizoune. Il a été le plus jeune ministre à entrer au gouvernement lors des trente dernières années, et a dirigé Maroc Telecom depuis que cette dernière était encore un office public, puis une filiale de Vivendi suite à sa privatisation partielle, avant de tomber dans l'escarcelle de l'émirati Etisalat, tout en gardant l'Etat marocain comme actionnaire. C'est dire l'épaisseur du carnet d'adresse et la redoutable capacité manœuvrière de cet homme du sérail qui a de surcroit porté le flambeau marocain en Afrique de l'ouest, faisant de Maroc Telecom l'un des avatars de la politique de « champions nationaux africains » déroulée par le Royaume. Ahizoune a donc su faire preuve de patience avant de voir son adversaire recevoir le coup fatal.

L'inamovible Ahizoune

Fassi Fihri, la discrète

Le cas de Inwi dans cette bataille technologique et légale est un peu différent. Dirigé depuis peu par une manager discrète, Nadia Fassi Fihri , qui a effectué l'essentiel de sa carrière au sein de la holding royale, actionnaire de l'opérateur aux côtés du Koweitien Zain, Inwi cherche avant tout à consolider sa position et son image d'opérateur des jeunes.  La mission dévolue à Fassi Fihri a également trait à l'absorption du passif de l'opérateur dû à une erreur de positionnement technologique lors de son lancement, lorsque celui qui s'appelait encore Wana avait misé sur le CDMA. Pour Inwi, la VOIP est certes un sujet important, car elle consomme énormément de bande passante - et met donc des installations sous tension -  mais elle n'est pas stratégique car elle ne le prive que marginalement de revenus du fait de la structure de ses clients.

La discrète Fassi fihri

Gauthier, le nouveau venu

Enfin, du côté de Méditel (Groupe Orange), l'heure semble être pour l'instant à l'attentisme. Le groupe vient de nommer un nouveau DG, Yves Gauthier, et mise beaucoup sur son rebranding annoncé en Orange pour les prochains mois, qui devrait lui permettre de meilleures synergies avec le siège parisien et des économies d'échelles en matière de Marketing notamment.

A n'en pas douter, la formidable « bataille des volontés contradictoires » n'est pas prêt de connaître son épilogue. Reste à connaître le profil du nouvel arbitre du secteur et les marges de manœuvre dont il pourra se prévaloir pour éclaircir les horizons du secteur.

Le nouveau venu Gauthier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2016 à 13:21 :
"la VOIP est certes un sujet important, car elle consomme énormément de bande passante - et met donc des installations sous tension" FAUX FAUX FAUX
a écrit le 29/10/2016 à 9:40 :
je demande que ces ous infantiliserla mr... arretent de nous infantiliser merci
A QUANLE DEBLOQUAGE C EST MA QUESTIOSKYPE C EST MA QUESTION MERCI

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :