L'Egypte augmente ses besoins de financement de 26% pour l'exercice 2019/2020

 |   |  293  mots
L’Egypte envisage d'émettre ses premières obligations vertes au cours de l'exercice 2019/20 afin de financer des projets de développement durable.
L’Egypte envisage d'émettre ses premières obligations vertes au cours de l'exercice 2019/20 afin de financer des projets de développement durable. (Crédits : DR.)
L'Égypte va emprunter à hauteur de 48 milliards de dollars au cours de l'exercice 2019/2020, selon son projet de budget. Le texte laisse présager de nombreuses autres réformes pour le pays qui a renoué avec une croissance vigoureuse de plus de 5% en 2018.

L'Egypte s'attend à une hausse de 26% de ses besoins de fonds à emprunter pour l'exercice 2019/2020, par rapport à l'exercice précédent. Ce qui équivaut à 820,7 milliards de livres égyptiennes, soit 48 milliards de dollars, selon son projet de loi de finance pour cette période. Le pays nord-africain prévoit une hausse de 45% des emprunts intérieurs, pour atteindre 725,2 milliards de livres tandis que les emprunts extérieurs devraient connaitre une baisse de 36% à 95,6 milliards de livres. Le pays va également augmenter de 24% ses émissions de bons du Trésor. Ces derniers étaient d'une valeur de 435,1 milliards de livres en 2017/2018, contre 350,8 milliards prévus au budget pour l'exercice 2018/2019.

Lire aussi : Egypte - Etats-Unis : pour Trump, al-Sissi fait du «très bon travail»

Les émissions d'obligations du Trésor devraient également subir une hausse de 93%, en passant de 150,3 milliards à 290,1 milliards de livres. D'autres réformes attendues sont relatives notamment à la révision du taux général de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), conformément aux directives du FMI, qui pousse également l'Egypte à revoir la liste des exemptions pour son prochain budget. Le document indique aussi que l'Egypte envisage d'émettre ses premières obligations vertes au cours de l'exercice 2019/20 afin de financer des projets de développement durable. L'Egypte vise en outre à augmenter les recettes fiscales de 759,6 milliards de livres sterling à 865,5 milliards de livres, soit une augmentation de 13%, a indiqué le document consulté par Reuters.

Lire aussi : IATF 2018 en Egypte : plus de 27 milliards de dollars d'accords commerciaux signés

Depuis son accession au pouvoir par coup d'Etat, il y a 5 ans, le président Égyptien Abdel Fattah Al Sissi est parvenu à redresser l'économie égyptienne. Sur la période 2013-2018, la croissance économique du pays est passée de 2 à 5,4% et devraient s'accélérer en 2019.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :