Algérie : l'ONU table sur un recul de l'inflation en 2019 et 2020

 |   |  313  mots
(Crédits : DR.)
Dans ses perspectives économiques mondiales, l'Organisation des Nations unies a annoncé pour ce qui concerne l'Algérie que son taux d'inflation devrait chuter à 2,9% en 2019 et à 2,2% en 2020. Quant à la croissance économique du pays, elle sera également en recul, tombant à 2,2% en 2019 avant de remonter à 2,8% en 2020, selon les Nations Unies.

L'Organisation des Nations unies (ONU) a rendu publiques cette semaine ses perspectives économiques mondiales. Résultat d'un travail produit par le Département des affaires économiques et sociales de l'ONU (DESA), la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) et les cinq commissions économiques régionales de l'ONU, celles-ci livrent les prévisions économiques dans les années à venir pour divers pays.

Lire aussi : L'Algérie lance une opération de recensement de ses fortunés

En ce qui concerne l'Algérie, l'institution a indiqué qu'elle devrait assister à un recul de son inflation à 2,9% cette année et à 2,2% en 2020 bien loin des projections de 4,5% sur lesquelles le gouvernement algérien avait tablé. L'ONU ajoute que pour l'année dernière 2018, l'inflation de l'Etat nord-africain s'est établie à 3,9% contre 5,6% un an plus tôt, 2017.

La croissance économique perd également des points

La croissance économique de l'Algérie devrait connaître également un recul cette année, indique l'ONU dans son rapport. « L'expansion économique cohérente s'est poursuivie à 2,7% en 2018, tirée principalement par la hausse de la production gazière et pétrolière. Comme la consommation privée demeure modérée, le taux de croissance devrait reculer à 2,2% en 2019 », note l'ONU dans ses perspectives. Mais cette tendance baissière de l'économie ne devrait pas durer. Aussitôt l'année prochaine, ajoute l'institution, la croissance devrait ensuite rebondir à 2,8%.

Lire aussi : Prospective 2019 : de l'optimisme, malgré les incertitudes

L'ONU a également évoqué le taux de chômage et la politique monétaire de l'Algérie. Pour le premier, il s'est aggravé, passant de 12% en 2017 à 12,3% en 2018, annonce l'ONU. Quant à la politique monétaire en Algérie, l'Organisation internationale relève qu'elle restera neutre à l'instar de celle des autres pays maghrébins. « En Algérie, en Libye, au Maroc et en Mauritanie, l'orientation des politiques monétaires devrait rester neutre », note le rapport onusien.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :