Algérie : la Banque mondiale réitère ses prévisions pessimistes pour 2019 et 2020

 |   |  381  mots
(Crédits : DR)
Dans son rapport 2019 sur les perspectives pour l'économie mondiale, la Banque mondiale a prévu pour l'Algérie une baisse de la croissance économique avec un taux de 2,3% en 2019 et de 1,8% en 2020. Même si ces taux sont plus importants par rapport à ceux précédemment annoncés en juin, ils restent cependant faibles comparés au taux de l'année 2018.

Les prévisions économiques de la Banque mondiale pour l'Algérie sont toujours aussi négatives. D'après l'institution financière internationale qui a rendu public mardi dernier son rapport 2019 sur ses perspectives pour l'économie mondiale, le pays nord-africain devrait connaitre une régression économique cette année avec un taux de croissance économique à 2,3%.

« L'Algérie devrait décélérer à 2,3 % du fait de la diminution progressive des dépenses publiques, qui avaient connu une augmentation considérable l'année dernière », a indiqué l'institution de Bretton Woods. L'économie algérienne devrait continuer sur ce trend baissier en 2020 avec un taux de croissance économique de 1,8%, a ajouté la Banque mondiale dans son rapport.

Lire aussi : L'Algérie lance une opération de recensement de ses fortunés

Pour l'année 2018, dans ses prévisions, la Banque avait indiqué en juin dernier que le taux de croissance économique de l'Algérie devrait atteindre 3,2%. Quatre mois plus tard, en octobre 2018, l'institution avait revu ses prévisions à la baisse annonçant cette fois-ci une croissance de 2,5%. Des chiffres définitivement éloignés de ceux annoncés pour 2019 et pour 2020.

Diminution des dépenses publiques et la conjoncture internationale

Pour la Banque mondiale, cette chute de la croissance économique algérienne peut s'expliquer par plusieurs paramètres. L'institution indique que cette contre-performance n'est pas sans relation avec la diminution progressive des dépenses publiques dans les différents secteurs de l'économie, contrairement à ce qui a été fait en 2018.

Un second paramètre à considérer pour expliquer la décélération économique est la conjoncture internationale. La Banque mondiale annonce un « assombrissement des perspectives économiques mondiales », indiquant qu'au cours de cette année 2019, il y aura une stagnation de la reprise dans les pays exportateurs de produits de base et que cette situation coïncidera avec le ralentissement de l'activité dans les pays importateurs de ce type de marchandise.

Lire aussi : Perspectives : malgré un ralentissement mondial, la croissance s'accélère en Afrique subsaharienne [rapport]

Toutefois, « si les réformes économiques attendues, telles que la suppression des subventions et l'amélioration du climat des affaires, sont mises en œuvre », il peut y avoir une amélioration du double déficit en 2019 et 2020 a ajouté la Banque mondiale au sujet de l'Algérie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :