Sécurité routière : Au Togo, les accidents de la circulation ont coûté la vie à 286 personnes à fin juin 2018

 |   |  257  mots
La majorité des accidents au Togo, notamment ceux mortels d'entre eux, impliquent les deux roues.
La majorité des accidents au Togo, notamment ceux mortels d'entre eux, impliquent les deux roues. (Crédits : Reuters)
Au Togo, de janvier à juin 2018, les accidents de la route ont été à l'origine de 286 morts et 3.817 blessés. Selon le ministre togolais de la sécurité et de la protection civile, le général Damehame Yark, les accidents sont en hausse si l'on s'en tient aux chiffres enregistrés à la même période l'an dernier, par son département.

Les conséquences des accidents de la route au Togo ont empiré durant le premier semestre 2018 par rapport à la même période en 2017. C'est ce qu'a affirmé ce vendredi 3 août 2018 le ministre togolais de la sécurité et de la protection civile, le général Damehame Yark. Selon le responsable qui a présenté un rapport sur la sécurité à la presse, de janvier à juin 2018, les accidents de la route ont tué 286 personnes et causé la blessure de 3.817 personnes. S'exprimant en présence de son collègue en charge des transports, Ninsao Gnofam, et du commissaire général de l'Office togolais des recettes (OTR), Kodjo Adédzé, le général-ministre a précisé que 63% des accidents en question sont occasionnés par les engins à deux roues.

« La plupart des accidents sont dus à l'excès de vitesse, au manque d'entretien des véhicules et plus généralement au non-respect du code de la route », a ajouté le ministre togolais. Il appelé les usagers au respect scrupuleux du code de la route et à la limitation de la vitesse sur les routes.

Abordant la question des braquages, vols à main armée, enlèvements, meurtres, lynchages, cambriolages, assassinats, et autres type de crimes, le général Yark a estimé que la criminalité est toujours aussi en hausse dans le pays. Cependant, a tenté de rassurer le ministre, « le Togo occupe le deuxième rang dans l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) en matière de sécurité des populations et de leurs biens ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :