Togo : la CCIT estime l'impact de la crise politique sur les entreprises

 |   |  355  mots
Les tensions politiques ont détérioré le climat des affaires au Togo, selon un sondage de la Chambre du commerce et d'industrie du Togo (CCIT).
Les tensions politiques ont détérioré le climat des affaires au Togo, selon un sondage de la Chambre du commerce et d'industrie du Togo (CCIT). (Crédits : Reuters)
En août 2017, des manifestations organisées par l’opposition togolaise ont été réprimées, marquant le début d’une spirale de crise politique qui perdure. Une étude de la Chambre du commerce et d'industrie du Togo (CCIT) a mesuré l’impact de cette crise sur les entreprises. Les résultats sont alarmants.

Au Togo, le dialogue politique est dans l'impasse : Les entreprises togolaises subissent de plein fouet la crise socio-politique en cours dans le pays. Elles ont connu une baisse de près de 50% de leurs chiffre d'affaires, au second semestre 2017. Les résultats concernent les entreprises ayant fait l'objet d'un sondage de la Chambre du commerce et d'industrie du Togo (CCIT).

Il s'agit d'une enquête d'impact réalisée par la CCIT et sur un effectif de 912 entreprises, à la fin de l'année 2017. Elles sont près de 71,93% à déclarer enregistrer une baisse de leurs chiffres d'affaires de 25% à 50%. L'information a été diffusée le 13 avril sur la plateforme en ligne de l'Etat togolais, republicoftogo.com.

La source a indiqué que 82,77% des dirigeants de sociétés imputent la contre-performance aux « tensions politiques » en cours au Togo. Elles se traduisent par de multiples désaccords entre le pouvoir et l'opposition sur des réformes constitutionnelles. La tendance est inquiétante pour le milieu des affaires d'autant plus que 74,34% des chefs d'entreprises sondés assurent « faire face à une situation financière précaire ».

L'impossible dialogue sur les réformes

La crise politique est intervenue dans un contexte où le pays de Faure Gnassingbé a entrepris de consolider sa position stratégique de hub pour le transport maritime et aéroportuaire en Afrique de l'ouest. Pour ce faire, il a considérablement misé sur les atouts du Port autonome de Lomé (PAL), qui est le seul port naturellement en eau profonde dans la sous-région Ouest-africaine ; Mais aussi sur son aéroport entièrement modernisé avec des financements chinois.

Les différentes parties, à savoir l'opposition et le pouvoir, ne sont pas parvenues à une concertation, une entente afin de mener des réformes politiques et constitutionnelles. Depuis quelques mois, l'opposition togolaise procède régulièrement à des marches politiques qui ont mobilisé des milliers de personnes dans les rues, à plusieurs reprises sur la période d'août 2017 à février 2018. Ainsi, le bras de fer entre cette coalition de 14 partis d'opposition et le pouvoir a créé une situation socio-politique tendue peu propice à l'essor des activités économiques dans le pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :