Au Togo, le groupe Bolloré bonifie son chiffre d'affaires de 115%, grâce à Vivendi

 |   |  445  mots
(Crédits : Reuters)
Le groupe Bolloré est en terrain très fertile au Togo. D'après les chiffres publiés ce jeudi 16 novembre par le groupe, entre janvier et septembre 2017, son chiffre d'affaires au Togo a connu une augmentation de 115% à 5,18 milliards d'euros. Le géant français attribue ces résultats à l'intégration de Vivendi.

L'actualité sociopolitique depuis le 19 août 2017 au Togo ne semble pas avoir impacté les performances du groupe Bolloré au Port autonome de Lomé. D'après une annonce effectuée ce jeudi 16 novembre, le groupe a réalisé un bon coup sur les neuf premiers mois de l'année, en connaissant une hausse de 115% de son chiffre d'affaires à 5,18 milliards d'euro grâce à, l'intégration de Vivendi dans ses comptes.

L'activité du troisième trimestre est tirée par la « croissance de 10% de l'activité transport et logistique qui bénéficie de la hausse des taux de fret et des volumes, et des bonnes performances des terminaux portuaires », ainsi que par « la progression de 10% de l'activité logistique pétrolière consécutive à l'augmentation des prix des produits pétroliers », spécifie le communiqué officiel du groupe.

Une forte croissance des activités des terminaux portuaires en Afrique

La croissance du chiffre d'affaires du groupe Bolloré ne s'est pas arrêtée au Togo. Le communiqué a indiqué que « la forte croissance des activités des terminaux portuaires notamment en Afrique de l'Ouest (TICT au Nigéria, Abidjan Terminal en Côte d'Ivoire, Conakry Terminal en Guinée, Bénin Terminal, Freetown Terminal en Sierra Leone..) ». En Côte d'Ivoire et au Burkina Faso, rappelle-t-on, le groupe Bolloré a signé un accord sur un programme de réhabilitation de la voie reliant Abidjan (Côte d'Ivoire) à Kaya (Burkina Faso) de la Sitarail.

Ailleurs, autre qu'en Afrique de l'ouest, le groupe a indiqué également une légère progression des activités de logistique et manutention portées par des nouveaux projets, malgré le fait que certains pays comme la Tanzanie ou le Cameroun soient encore mis à mal par la faiblesse du secteur pétrolier. Alors qu'au Congo, il a complété l'acquisition du terminal de Brazzaville, au Gabon, le groupe Bolloré a inauguré le nouveau terminal polyvalent d'Owendo le 14 octobre dernier et a s'est associé avec Olam pour le développer et l'exploiter.

Ainsi, STCG, filiale du Groupe Bolloré, déjà titulaire de la concession du terminal conteneurs existant, est devenue opérateur exclusif de l'activité conteneur sur ce nouveau port, tandis que le groupe Olam (GsezPorts) assurera la gestion du terminal conventionnel. Au Cameroun, Bolloré indique un contrat de concession du nouveau terminal à conteneurs de Kribi datant du 25 juillet 2017. Dans le cadre de ce contrat, le consortium composé de Bolloré Transport & Logistics, CMA-CGM et le groupe chinois CHEC s'est vu confier pour 25 ans le financement et l'exploitation du terminal, qu'ils géreront dans le cadre d'un partenariat public-privé. Dans le pays, l'activité ferroviaire quant à elle, reste impactée par la baisse des trafics voyageurs et marchandises.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/11/2017 à 17:36 :
Oui.en soutenant sans vergogne une dictature tant décriée.on ne peut que faire du chiffre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :