Sénégal : la production céréalière en nette amélioration

 |   |  350  mots
(Crédits : Reuters)
Pour la campagne 2018-2019, la production céréalière au Sénégal a été enregistrée à plus de 2,7 millions de tonnes, a-t-on appris auprès de la Direction de la prévision et des études économiques. L'institution qui a communiqué les données cette semaine a indiqué que cette production est en hausse de 8,7% par rapport à la campagne précédente.

Belle performance pour les producteurs céréaliers au Sénégal. Selon les chiffres rendus public par la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE), durant la campagne 2018-2019, la production céréalière s'est établie à 2.735.648 tonnes. Ce chiffre correspond a-t-on ajouté, à une hausse de 8,7% par rapport à la production lors de la campagne 2017-2018.

La DPEE a indiqué que cette performance est à imputer à une bonne tenue de certaines cultures. L'institution a entre autres, cité le riz, le maïs, le sorgho et le fonio. « Cette performance est consécutive à la bonne tenue des cultures de riz (plus 12%), de maïs (plus 17%), de sorgho (plus 35,1%) et de fonio (plus 1,7%) avec des productions respectives de 1.132.795 tonnes, 480.141 tonnes, 291.171 tonnes et 3.921 tonnes », a déclaré l'agence étatique sénégalaise.

Qualité des semences, pluviométrie et augmentation des terres cultivées

En ce qui concerne le riz, la DPEE explique cette bonne tenue par entre autres, la bonne qualité des semences, la mise en place précoce des intrants, une bonne répartition pluviométrique et d'importants efforts de communication et de conseil de proximité. Quant à la production du maïs, elle a profité de l'accroissement des superficies cultivées (+8,5%) avec pour résultat, une production de 1,9 tonne par hectare (+7,8%). Même tendance avec le sorgho dont la production a pu tirer profil d'un programme de mise en place de 400 tonnes de semences. Aussi, les superficies consacrées à la spéculation ont atteint 247.678 hectares (+11,9%) pendant que selon la DPEE la quantité produite à l'hectare s'est située à 1,176 tonne (+20,7%).

A signaler que contrairement aux produits cités plus haut, le mil pour sa part n'a pas eu de bons résultats. Sa production a reculé de 5,5% entre les deux dernières campagnes pour s'établir à 827.620 tonnes. Cette contre-performance s'explique selon la DPEE par la réduction de 1,1% des superficies cultivées, le déficit pluviométrique dans certaines zones, notamment Bambey et Fatick. Dans les deux départements, note la DPEE, la production de mil a chuté respectivement de 18,9% et 5,1%. Quant à la quantité de mil produite à l'hectare, elle a chuté de 4,4%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :