Diversification économique : le Nigeria mise sur l'industrie minière hors hydrocarbures

 |   |  587  mots
(Crédits : Reuters)
A peine sorti de la récession, le Nigeria essaie tant bien que mal d'exécuter son programme de diversification économique où le secteur minière a été placé en pole position. Le pays vient d'annoncer l'octroi de contrats d'exploitation minière à une dizaine de sociétés. Il a également rallongé le budget du ministère de tutelle, élaboré un ensemble de mesures incitatives en faveur des miniers afin de ramener la contribution du secteur minier de 0,3% à 5 % du PIB nigérian en 2020.

Dans le cadre de son programme de diversification économique, le Nigeria de Muhammadu Buhari a prévu d'accorder davantage de poids au développement de l'industrie minière hors hydrocarbures. Une volonté politique concrétisée par la décision des autorités d'Abuja d'attribuer des contrats d'exploration minière à 10 entreprises du secteur. L'information a été donnée par le ministre du Développement de l'extraction minière et de l'acier, Abubakar Bawa Bwari. Mais aucune précision n'a filtré sur la valeur des contrats paraphés, même si, Il a y a quatre mois, le gouvernement avait annoncé l'attribution d'un marché public d'environs 41,5 millions de dollars à huit entreprises. Le Nigeria, premier producteur de pétrole brut d'Afrique, cherche à diversifier son économie en développant d'autres industries telles que l'industrie minière au moyen de diverses incitations. « Nous avons récemment passé un contrat avec quatre sociétés d'exploration, avec six sociétés de conseil, afin d'explorer nos ressources minérales, en nous concentrant sur l'or, le zinc, le minerai de fer et les métaux de terres rares », a affirmé Abubakar Bawa Bwari à Reuters en marge de la conférence Mines and Money de Londres.

Des mesures incitatives

Afin d'inciter les compagnies minières à investir dans le secteur, la première économie africaine a proposé l'exonération fiscale de trois à cinq ans, la non taxation des équipements importés, la pleine propriété de leurs activités aux miniers et aussi des facilités pour disposer des bénéfices générés dans l'exploitation minière. Le gouvernement fédéral a aussi décidé d'accorder plus de moyens au ministère de tutelle, en rallongeant son allocation budgétaire normale de 100 millions de dollars, pour accélérer la mise en valeur du secteur. Un montant auquel viennent s'ajouter les 150 millions de prêts de la Banque mondiale promis au Nigeria pour accompagner le développement de l'industrie minière.

Un pas de plus vers la diversification économique

La contribution du secteur minier au PIB nigérian avoisine les 0,3%, mais le pays veut ramener ce chiffre à 3 voire 5 % du PIB d'ici 2020, selon la prévision du ministère des mines.

« Lors de notre arrivée en 2015, la contribution au chiffre d'affaires n'était que de 700 millions de nairas, mais à la fin de 2016, nous avions contribué à hauteur de 3 milliards de naira. En 2018, la contribution de l'industrie minière au premier trimestre pour l'exportation a été de 26 milliards de nairas, tandis que sa contribution au PIB au deuxième trimestre pour les industries extractives a été de 14,6% », a déclaré Abubakar Bawa Bwari à la presse locale en octobre dernier.

Au Nigeria, l'industrie minière a enregistrée des progrès grâce à l'attention accordée au secteur qui a particulièrement résisté lors de la dernière crise économique de 2014, qui avait plongé le pays dans la récession. « Depuis notre arrivée, nous avons assisté à une croissance soutenue du secteur minier, à une augmentation des activités et à une focalisation accrue sur le Nigeria. Beaucoup de sociétés minières veulent maintenant faire des affaires avec le Nigeria. Au niveau où nous en sommes, nous ne dirons pas que nous y sommes encore, mais nous sommes sur le point de revenir sur la carte minière », a-t-il ajouté. Parmi les compagnies minières présentes au Nigeria, Thor Exploration, une compagnie d'exploitation de l'or cotée à la Bourse de Toronto ou encore Symbol Mining, spécialisée dans l'exploitation du zinc.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/11/2018 à 22:01 :
Je suis très intéressé pour les relations et les investissements que vous faites en Afrique.moi aussi je veux créer un PME (une menuiserie moderne en cote d'Ivoire.à tabou S/p giroutou à palmci neka.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :