Niger : l'UE débloque 13,77 milliards Fcfa en appui à la Justice et à la sécurité intérieure

 |   |  443  mots
Selon les données de l'UE, près de 90% des migrants d'Afrique de l'ouest traversent le Niger sur leur parcours vers la Libye et l'Europe.
Selon les données de l'UE, près de 90% des migrants d'Afrique de l'ouest traversent le Niger sur leur parcours vers la Libye et l'Europe. (Crédits : Reuters)
L'Etat nigérien a récemment bénéficié d'une aide financière de 21 millions d'euros soit près de 13,775 milliards de francs CFA auprès de l'Union européenne. Cette aide constitue une première tranche d'un appui budgétaire dans le cadre d'un programme d'appui à la Justice, à la Sécurité intérieure et à la Gestion des Frontières du Niger.

21 millions d'euros, soit 13,775 milliards de francs CFA, c'est le montant d'un appui qu'a récemment reçu le Niger auprès de l'Union européenne (UE). « Un montant de vingt et un millions d'euros soit près de 13,775 milliards de francs CFA a été versé début août au Trésor public nigérien », indique l'UE dans un communiqué publié en ce début de semaine. D'après ce document, les fonds sont destinés au programme financé par le fonds fiduciaire d'urgence de l'UE et qui « soutient plus particulièrement les réformes », notamment dans les secteurs de « la sécurité intérieure », de « la gestion des frontières » et de « la lutte contre la migration irrégulière et le trafic des êtres humains ». La source ajoute que ce nouveau décaissement qui constitue la première tranche du programme « Appui budgétaire à la Justice, à la Sécurité intérieure et à la Gestion des Frontières du Niger », porte à 51 millions d'euros au premier semestre 2018, le montant total des soutiens budgétaires de l'Union européenne au Niger.

Alors que les progrès dans la mise en œuvre des politiques sociales et économiques, les réformes des finances publiques et des politiques sectorielles concernées par le programme ont été évalués, de même que l'état de mise en œuvre du « Programme de développement durable pour la prévention et la lutte contre la migration irrégulière » présenté par les autorités nigériennes lors du Sommet de La Valette, le communique précise qu'une deuxième tranche fixe dudit financement interviendra au cours du quatrième trimestre de 2018.

Le fonds fiduciaire jugé insuffisant par Niamey

D'un montant de 1,8 milliard d'euros au total, le fonds fiduciaire ne satisfait pas les autorités nigériennes. Début juillet dernier, le président nigérien, Mahamadou Issoufou l'avait jugé « pas suffisant » pour lutter contre les migrations clandestines qui constituent un gros problème dans le pays. Selon les données de l'UE, près de 90% des migrants d'Afrique de l'ouest traversent le Niger sur leur parcours vers la Libye et l'Europe.

Pourtant, entre 2016 et 2017, le flux de migrants transitant par le Niger vers la Libye et l'Europe avait chuté de « plus de 95% » selon le parlementaire européen, Antonio Tajani, de passage au Niger à la mi-juillet. Répondant aux préoccupations de Niamey, le responsable avait annoncé qu'un montant supplémentaire de 500 millions d'euros avait été programmé, fin juin, en faveur de ce fonds pour l'Afrique. Il « doit être en grande partie affecté au soutien des efforts déployés par le Niger », avait confié le parlementaire européen.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :