Ghana : les mineurs reviennent à la charge sur la faiblesse des infrastructures en zones d'extraction

 |   |  498  mots
Près de 90% de l’extraction minière au Ghana concerne l’or et se déroule essentiellement dans les régions Ouest et Ashanti. Mais dans les 10 prochaines années, le pays prévoit d’exploiter divers minerais dont la bauxite.
Près de 90% de l’extraction minière au Ghana concerne l’or et se déroule essentiellement dans les régions Ouest et Ashanti. Mais dans les 10 prochaines années, le pays prévoit d’exploiter divers minerais dont la bauxite. (Crédits : DR.)
Alors que le monde s’apprête à célébrer la fête du travail, le 1 mai, la direction du syndicat des mineurs du Ghana annonce plusieurs activités et rappelle la contribution majeure du secteur minier à l’économie ghanéenne. Le Ghana, deuxième producteur d’or d’Afrique, au potentiel minier encore sous-exploité, est appelé à une meilleure prise en charge des besoins des travailleurs et populations des zones d’exploitation.

L'apport du secteur minier à l'économie ghanéenne est incontestable et les mineurs du pays, acteurs essentiels à ce secteur clé, réclament une meilleure justice sociale. Dans une déclaration adressée à la presse locale, William Ankrah, le secrétaire général du syndicat des mineurs du Ghana - qui fête ses 75 ans - a annoncé un ensemble d'activités prévues le 1 mai, en l'honneur des mineurs ghanéens. Mais, il a surtout insisté sur la nécessité d'une meilleure prise en compte des besoins des mineurs.

« Au fil des années, l'Union s'est inquiétée de la médiocrité des infrastructures dans nos villes minières. Après plus d'un siècle d'exploitation minière, nous ne pouvons continuer à infliger cette injustice à nos communautés riches en minerais, qui constituent une source majeure de recettes en devises pour le pays », a précisé William Ankrah, le secrétaire général du syndicat des mineurs du Ghana.

L'organisme veut saisir la journée du 1 mai 2019 pour lancer un appel aux autorités ghanéennes, afin de les inciter à accélérer le développement des infrastructures au niveau des zones minières. Un ensemble de propositions ont été élaborées par les mineurs pour activer le processus.

Avec « l'adoption d'une initiative présidentielle spéciale, associée à la volonté politique nécessaire et à un leadership juste, les Ghanéens peuvent être assurés d'un développement des infrastructures sans précédent et de nombreux changements positifs dans les townships miniers. Nous avons assez déploré l'horrible déficit d'infrastructures dans les villes minières », a-t-il déclaré. Il estime également que grâce à des partenariats public-privé, le pays peut soutenir les économies locales au-delà des industries extractives, comme cela s'est fait en Californie aux Etats-Unis, en Australie ou encore en Afrique du Sud.

Un secteur stratégique de l'économie ghanéenne

Le secteur minier est crucial pour le gouvernement ghanéen par sa contribution au PIB, aux recettes fiscales de l'Etat, mais aussi par ses effets d'entrainement sur le reste de l'économie. Les mines restent ainsi l'un des moteurs du développement du Ghana, deuxième producteur d'or d'Afrique. Le pays dispose d'un potentiel minier encore sous-exploité au regard de ses réserves prouvées, notamment en fer et en bauxite. Les experts estiment qu'une dizaine de types de ressources minières sont disponibles en quantité commerciale sur le territoire.

Lire aussi : Ghana : après quatre ans d'arrêt, la mine d'or d'Obuasi reprend du service

L'exploitation optimale de ces ressources nécessite notamment le développement et la modernisation préalables des infrastructures routières et ferroviaires du pays. Et l'un des défis majeurs à relever par les autorités d'Accra consiste à intégrer davantage l'économie ghanéenne dans la chaîne de valeur de l'industrie minière, pour s'assurer une meilleure valeur ajoutée.

Lire aussi : Fiscalité : le Ghana réduit jusqu'à 50% les taxes sur les importations

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :