Cacao : le Ghana prépare la réduction des subventions aux cultivateurs

L’administration du président ghanéen Nana Akufo-Addo s’apprête à réduire de 30% les 450 millions de dollars de subventions versées aux 800.000 cultivateurs de cacao que compte le Ghana. Une mesure qui contredit les promesses électorales ayant conduit le gouvernement actuel au pouvoir.
(Crédits : Reuters)

Le gouvernement ghanéen s'apprête à annoncer la réduction des subventions accordées aux 800.000 cultivateurs de cacao que compte le pays. Une mesure qui vient contredire l'une des promesses faites par l'administration de Nana Akufo-Addo de ne pas revoir à la baisse les subventions destinées à la culture du cacao, malgré la baisse des cours internationaux.

450 millions de dollars par saison agricole

Une promesse qui n'aura pas résistée aux pressions budgétaires, le Ghana Cocoa Board, l'organisme chargé de la réglementation du deuxième producteur mondial de cacao est à court de fonds et a vu ses options de financements se réduire pour se limiter à la vente de dettes à court terme à des investisseurs locaux à des taux de 25%.

La subvention destinée aux 800.000 cultivateurs de cacao que compte le Ghana s'est établie à près de 450 millions de dollars pour cette saison. Il n'empêche que l'exécutif aura du mal à justifier la fin du soutien financier aux agriculteurs. Le Parti patriotique (NPP) au pouvoir avait réussi à faire de bon score en 2016, après avoir promis d'investir dans les fermes et d'augmenter les revenus issus de la production de cacao.

Des promesses électorales qui ont permis au NPP d'arriver en tête dans les quatre régions concentrant le gros de la production de cacao, contre une seule lors des élections de 2012. Pour les agriculteurs, la baisse des cours internationaux de cacao de près d'un tiers depuis mi-2016 ne suffira pas à les convaincre et des associations de cultivateurs ont déjà rappelé au gouvernement qu'annoncer « une coupe après avoir promis de nous aider est un crime sacrilège. Nous n'accepterons pas ça ».

600 dollars de pertes par tonne de cacao

Le gouvernement rappelle de son côté, qu'il ne dispose que d'une petite marge de manœuvre pour soutenir les prix, même si la hausse de production enregistrés dans les champs pétroliers pourrait remettre l'économie ghanéenne sur la voie de la croissance. Selon ses estimations, la Banque mondiale prévoit une croissance de 8,3% pour l'économie ghanéenne en 2018, ce qui en fera le taux de croissance le plus élevé du continent.

Le Ghana Cocoa Board enregistre de son côté une perte de 600 dollars par chaque tonne métrique de 850.000 tonnes qu'elle prévoit d'acquérir tout au long de cette saison jusqu'en septembre prochain. Le ministère des Finances a annoncé pour sa part que les agriculteurs verront leurs subventions baisser de 30% dès la prochaine récolte. Les contrats d'approvisionnement en cacao de Londres ont de leur côté chuté de 0,4% s'établissant à 1.513 livres (2.108 dollars) la tonne le 22 février dernier.

Une baisse qui devrait réduire les gains de cette année de 9,7%. Pour rappel, le régulateur ghanéen verse 7.600 cédis par tonne (1.700 dollars), un montant qui exclut les frais d'acquéreur, les frais de transport (intérieur et internationaux) ou encore les commissions. Le voisin ivoirien et premier producteur mondial de cacao verse pour sa part à ses agriculteurs l'équivalent de 1.290 dollars la tonne. Pour pouvoir assurer les versements de la saison en cours, le régulateur devra lever jusqu'à 2,5 milliards de cédis (599 millions de dollars) de dette.

Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.