Côté d’Ivoire : les recettes fiscales dépassent les 2000 milliards Fcfa en 2018

 |   |  412  mots
(Crédits : Reuters)
La faiblesse du niveau de recouvrement des impôts est une caractéristique des économies d’Afrique subsaharienne que la Côte d’Ivoire veut enrayer. Le pays qui a initié des mesures depuis 2012, afin d’améliorer ses recettes publiques, est satisfait de son bilan pour l’exercice 2018. L’année où il a franchi la barre symbolique des 2000 milliards de FCFA de recettes, environ 3,5 milliards de dollars, pour la première fois de son histoire.

Les services de la direction générale des impôts (DGI) en Côte d'Ivoire ont franchi pour la toute première fois le niveau des 2000 milliards Fcfa en recettes. Le pays a en effet annoncé la mobilisation de 2 146,9 milliards F CFA soit 3,75 milliards de dollars, au titre de l'exercice 2018, selon le Directeur général des impôts, Ouattara Sié Abou.

L'information a été donnée à Yamoussoukro lors du séminaire « bilan 2018 objectif 2019 ». Les sommes récoltées sont proches des objectifs assignés à la DGI, d'engranger des recettes de 2 170,2 milliards F CFA, au cours de l'exercice 2018, clôturé en décembre dernier, soit un taux de réalisation de 99 %.

Lire aussi : Côte d'Ivoire : en 2019, les besoins en financements s'élèveront à 2 400 milliards de Fcfa

 Selon Ouattara Sié Abou, cité par l'agence de presse Ivoirienne (AIP) :

« Il est toutefois important de noter qu'en comparaison avec les réalisations de l'année 2017 qui se chiffraient à 1 963,4 milliards Fcfa, les recettes de l'année 2018 sont en hausse de 183,5 milliards de Fcfa soit un taux de progression de 9,3 % ».

Ce dernier a appelé à la poursuite des efforts de recouvrement en mettant l'accent sur l'impôt foncier et synthétique mais aussi sur le recouvrement des arriérés et le contrôle fiscal. Des mesures nécessaires pour atteindre l'objectif de recettes fiscales de 2 513,4 milliards Fcfa, fixé pour l'année 2019. Une prévision en hausse de 374,4 milliards Fcfa par rapport à l'année 2018, soit un taux de progression de 17,5 % attendu. Le bilan a également fait ressortir des perturbations et facteurs défavorables au cours de l'année 2018, qui a été notamment impactée par les résultats enregistrés dans le secteur de la téléphonie mobile ainsi que la faiblesse constatée au niveau du rendement de l'impôt synthétique et de l'impôt foncier, a révélé les chiffres de la DGI.

Lire aussi : Côte d'Ivoire : le démantèlement tarifaire avec l'Union européenne devient effectif

Ce séminaire a été principalement axé sur l'analyse des résultats de l'année 2018 et des perspectives pour l'année 2019, et avec pour thématique centrale les « enjeux et défis de l'organisation et du financement de la DGI pour la mobilisation de recettes ». Un état des lieux, qui devrait permettre à la Côte d'Ivoire de mieux réajuster sa stratégie, afin de réussir son ambition de faire de son administration fiscale un modèle dans la sous-région.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :