Côte d'Ivoire : vers la libéralisation du secteur énergétique

Le gouvernement ivoirien a adopté, lors du dernier conseil des ministres, six décrets ayant pour objectif la libéralisation du secteur électrique.
(Crédits : DR)

Avec une croissance économique de 9% en moyenne au cours de ces quatre dernières années, la Côte d'Ivoire a atteint les limites de son réseau électrique actuel, avec une demande qui continue d'augmenter. Pour cela  le pays d'Alassane Ouattara a adopté des décrets pour la libéralisation du secteur de l'énergie en Côte d'Ivoire. « Ces décrets sont pris en application de la loi portant code de l'électricité et ils réaffirment la volonté de l'État d'ouvrir à la concurrence la quasi-totalité des segments d'activités du secteur de l'électricité », a indiqué le ministre du pétrole et de l'Energie, Adama Toungara.
Ces décrets, poursuit le ministre, précisent les conditions et modalités dans lesquelles se dérouleront désormais les activités de développement des énergies nouvelles et renouvelables, organisent le cadre stratégique de la maîtrise de l'énergie, de l'autoproduction et définissent les règles de fixation et de révision des tarifs de vente de l'énergie électrique.

Indépendance énergétique

« Il s'agit pour le gouvernement d'assurer une meilleure indépendance électrique de notre pays tout en créant les conditions économiques qui permettent la rentabilisation des investissements réalisés et tout en permettant la protection des droits des consommateurs », a-t-il conclu.
Il faut comprendre par ses mesures que la Côte d'Ivoire compte apporter une réponse adéquate et suffisante à la demande nationale et aux besoins des pays voisins déjà desservis dont, le Ghana, le Togo et le Bénin à l'est, le Burkina et le Mali au nord. Il est également prévu, à moyen terme, l'approvisionnement du Libéria, de la Guinée et de la Sierra Léone.

Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.