Coton : le Turc Ayka Addis textile veut installer une usine au Burkina

 |   |  576  mots
(Crédits : Reuters)
Six mois ! C'est le délai que se donne le groupe turc Ayka Addis Textile & Investment pour installer une usine de transformation de coton au Burkina Faso. Des sources officielles font mention d'un entretien entre le premier ministre burkinabé et les promoteurs de la nouvelle usine qui a permis de sceller l'accord d'installation. D’un coût de plus de 200 milliards de francs CFA, le projet sera financé par un pool de banques d’investissement africaines.

Des machines turques pour filer le coton burkinabé. Le groupe turc Ayka Addis Textile & Investment a annoncé en fin de semaine dernière, un projet d'investissement de plus de 200 milliards de francs CFA pour la construction d'une usine de transformation de coton au « Pays des Hommes intègres ».

Ayka Addis, nouvel arrivant dans le paysage industriel du coton

« Le but de notre visite d'aujourd'hui, c'est de poursuivre les discussions que nous avons eues avec le gouvernement. Ces discussions  ont été entamées il y a de cela un an pour la création d'une usine intégrée de transformation coton au Burkina Faso », a annoncé Yusuf Aydeniz, le représentant de Ayka Addis Textile & Investment, à l'issue d'une audience avec le premier ministre burkinabè, Paul Kaba Thiéba.

Dans les six prochains mois, l'unité de production au Burkina Faso sera opérationnelle, jubile le nouvel acteur dans le paysage industriel du Burkina. Grand producteur d'or blanc avec en moyenne 600.000 tonnes par an, le Burkina Faso intéresse le groupe Ayka Addis Textile & Investment qui fait déjà partie de la liste des acheteurs du coton au pays de Roch Marc Kaboré.

« Nous avons déjà acheté le coton du Burkina Faso que nous avons utilisé dans nos usines de transformation et qui est de la meilleure qualité. C'est l'une des raisons pour lesquelles nous sommes venus à la source pour implanter cette usine parce que cette qualité est recherchée par nos clients qui sont en Europe, en Asie et partout ailleurs », commente Yusuf Aydeniz.

Une très bonne nouvelle pour la Société burkinabè des fibres textiles (SOFITEX) qui estime que la nouvelle usine apportera un plus à la production du coton du pays qui a connu pour la campagne 2017-2018 une contre-performance de 13% par rapport aux prévisions initiales qui étaient de 650.000 tonnes.

Le projet de la nouvelle usine sera financé par un pool de banques d'investissement et commerciales africaines. Selon les responsables de Ayka Addis Textile & Investment, plusieurs institutions dont la Banque africaine d'import et d'export (Afrexim Bank), la Banque africaine du développement (BAD), Ecobank, Bank of Africa (BOA), Lilium Capital, se sont déjà engagées pour financer totalement la réalisation de ce projet.

12.000 emplois directs et une centrale thermique pour l'usine

Dans le cadre de ce projet, les promoteurs annoncent la création de 12.000 emplois directs et de 50.000 emplois indirects. D'après le directeur général de la SOFITEX, l'étude de faisabilité de l'installation de cette usine créera pas moins de 11.000 emplois dès la première phase et plus de 12.000 emplois à partir de la troisième année.

« Etant donné que le projet va jusqu'à la confection de produits finis, il fera donc appel à l'expertise des femmes qui seront majoritaires en termes d'occupation de l'emploi au niveau des 50 000 emplois que l'usine va créer », annonce le DG de la Sofitex. En dehors de cet aspect, le groupe Ayka Addis Textile compte s'impliquer aussi dans la formation des acteurs du secteur cotonnier au Burkina.

«  Lorsque nous investissons dans un pays comme le Burkina Faso nous investissons aussi sur la dynamique de la qualité humaine, des ressources humaines pour transformer non seulement l'économie mais aussi pour partager notre expertise avec le secteur public burkinabè », a commenté Yusuf Aydeniz. En dehors du projet d'usine de transformation du coton, le géant turc envisage également en annexe une centrale thermique de 35 mégawatts pour alimenter l'usine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/02/2018 à 12:37 :
Bonjour, Je suis Ingénieur en Génie Textile, Camerounais, exerçant dans une usine de Teinture textile actuellement et j'aimerais postuler dans cette nouvelle usine au Burkina Faso...besoin d'informations pour pouvoir y postuler. merci d'avance !
a écrit le 08/02/2018 à 12:37 :
Bonjour, Je suis Ingénieur en Génie Textile, Camerounais, exerçant dans une usine de Teinture textile actuellement et j'aimerais postuler dans cette nouvelle usine au Burkina Faso...besoin d'informations pour pouvoir y postuler. merci d'avance !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :