Sécurité alimentaire : l'AFD décaisse 22,6 milliards de FCFA au Burkina

En plus du défi sécuritaire auquel est confronté le Burkina Faso depuis la chute de Blaise Compaoré, le pays des hommes intègres est également confrontés au défi d'assurer la sécurité alimentaire de sa population. Une nécessité à laquelle le gouvernement de Roch March Christian Kaboré tente de répondre par la mise en œuvre du Projet d'appui à la sécurité alimentaire dans la région de l'Est (PSAE). Le projet est soutenu par l'Agence française de développement (AFD) à hauteur de 22,6 milliards de Fcfa.

2 mn

(Crédits : Reuters)

Le Coup d'envoi est donné à la lutte contre la faim dans l'Est du Burkina Faso. Grâce à un financement d'environ 22,6 milliards de Fcfa de l' Agence Française de Développement (AFD), le gouvernement burkinabé a pu démarrer l'exécution du Projet d'appui à la sécurité alimentaire dans la région de l'Est (PSAE) destiné à venir à bout de la faim dans le pays. Il s'agit d'un prêt d'un taux d'intérêt de 1%, sur 30 ans avec un différé d'amortissement de 10 ans. L'information est communiquée par le ministère burkinabé de l'Agriculture. Selon le gouvernement de Roch Kaboré, le financement de l'AFD permettra d'améliorer les conditions de production et de commercialisation des produits de l'agriculture et de l'élevage par la réhabilitation des infrastructures rurales de la région de l'Est du pays. En effet, cette partie du pays est confrontée à une insécurité alimentaire chronique. Selon les chiffres communiqués par les autorités, 35% des ménages de la région sont déjà exposés à la famine.

Le PSAE, un projet pour répondre aux spécificités de l'Est

Le PSAE, dont la mise en œuvre dure cinq (5) ans, est un projet qui est destiné à couvrir jusqu'à 27 communes dans les 5 provinces dans cette partie du Burkina-Faso, pauvre aujourd'hui alors qu'elle est réputée pour son riche potentiel agricole et pastorale. Un contraste que le pouvoir de Roch Marc Christian Kaboré s'est engagé à corriger avec le PSAE qui devrait coûter en tout et pour tout, la somme de 25 milliards de FCFA. Avec le financement de 22,6 milliards de Fcfa de l'AFD, le gouvernement burkinabé ne devra mobiliser qu'une contribution de plus de 2 milliards de FCFA.

Dans les détails, le projet devrait permettre de mettre un accent particulier sur l'irrigation en réalisant 600 hectares de périmètres, 600 hectares de bas-fonds et 58 jardins maraîchers à travers les 27 communes des 5 provinces de la région de l'Est. Au Burkina Faso, 77% de la population est rurale, et la principale activité économique du pays est l'agriculture qui joue d'ailleurs un rôle moteur dans la croissance du pays. Cette activité contribue pour 30% à la formation du Produit intérieur (PIB) du pays. Mais ces dernières années, la pression démographique sur l'environnement constitue une forte menace pour la dégradation des conditions d'exercice de l'activité agricole. De ce fait, plusieurs craignent une ruine du potentiel agricole existant dans cette région. La région de l'Est est la partie du Burkina Faso qui est adossée aux frontières du Bénin, du Niger et du Togo.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 17/01/2017 à 12:04
Signaler
Excellente nouvelle que cette aide financière aux fins de sécurité alimentaire ! Etrangement, il n'est pas fait mention de lutte contre l'érosion, la sécheresse et la famine grâce à la reforestation, à la régénération des sols et de l'humus grâce au...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.